-
17 Oct 2019
اتفاق تركي أميركي بتعليق عملية "نبع السلام" وانسحاب الأكراد
17 Oct 2019
مصادر للجزيرة نت: اتصالات مباشرة بين بن سلمان والحوثيين
17 Oct 2019
بتجهم وعبوس.. أردوغان يستقبل بنس بعلم أميركي صغير
16 Oct 2019
المنح التعليمية بالحضارة الإسلامية.. موسيقي يرعى العلماء ومسيحي يكفل طلاب الطب و150 مليون دولار للمستنصرية
17 Oct 2019
فايننشال تايمز: أرامكو السعودية تؤجل الاكتتاب الأولي
17 Oct 2019
ولادة متعثرة.. اتفاق البريكست يرى النور
17 Oct 2019
في لبنان.. الواتساب لم يعد مجانيا وستدفع ضريبة مقابل استخدامه
17 Oct 2019
حزب النهضة يؤكد بدء مشاورات تشكيل الحكومة التونسية
17 Oct 2019
هل رونالدو أفضل من بيليه؟
17 Oct 2019
أثارت سخرية المغردين.. صاحبة دعوى حجب تويتر في الكويت تنفي سعيها للشهرة
17 Oct 2019
جني البلح في غزة.. موسم الأفراح والأرباح
17 Oct 2019
طورها النازيون ولفها النسيان.. إعادة اكتشاف أشد المبيدات فتكا
17 Oct 2019
إيران: الإمارات تقدمت بمبادرة لتسوية القضايا السياسية بين البلدين
17 Oct 2019
صفع وتنمر وركل في البطون.. عالم مخيف في غرف الولادة
17 Oct 2019
إجهاد الحامل قد يتسبب في ولادة مبكرة
17 Oct 2019
بعد يوم من إطلاقه.. "بكسل 4" أم "آيفون 11"؟
17 Oct 2019
هدية من أودي لهواة التخييم والمغامرات.. سيارة دفع رباعي بمواصفات خيالية
17 Oct 2019
عرض فلكي من الملكي لضم كانتي من تشلسي
17 Oct 2019
التونسيون يشاركون في حملة نظافة غير مسبوقة احتفاء بالرئيس الجديد
17 Oct 2019
سخرية وتحية نازية وصيحات القردة.. توقيفات على خلفية مواجهة بلغاريا وإنجلترا
17 Oct 2019
إضرابات التعليم في الجزائر.. مُربّون يشتكون وأولياء يشككون
17 Oct 2019
بالأرقام.. تقدم رونالدو بالسن يفتح شهيته أكثر للأهداف
17 Oct 2019
تطورات عملية "نبع السلام" التركية في سوريا يوما بيوم
17 Oct 2019
دون تحديد الموعد الجديد.. تأجيل كلاسيكو الكرة الإسبانية
17 Oct 2019
جيش السيسي الإلكتروني.. غوغل تكشف محاولات لقرصنة بريد الإعلامي عبد الله الشريف
17 Oct 2019
جدل بالعراق.. هل قُتل أم انتحر إعلامي كردي وعائلته؟
17 Oct 2019
الملكي المبتلى بالإصابات يسعى للمحافظة على صدارة الليغا
17 Oct 2019
"عد إلى بلدك".. يوم دفع أوزيل ثمنا كبيرا بسبب صورته مع أردوغان
17 Oct 2019
مسؤول سعودي يكشف عن مكان سعود القحطاني
17 Oct 2019
ناشونال إنترست: نفوذ أميركا بالشرق الأوسط يتضاءل وخياراتها تتقلص
17 Oct 2019
هل التأمل علاج للجروح النفسية للسرطان؟
17 Oct 2019
حصن نفسك من الاكتئاب بنظام غذائي صحي
17 Oct 2019
مواقف دولية جديدة.. ما مستقبل عملية "نبع السلام"؟
17 Oct 2019
56 مزرعة محلية تشارك في معرض التمور المحلية الثاني بالدوحة
17 Oct 2019
منها نوبل لمصري وبوليتزر لليبي والبوكر لعمانية.. نصيب العرب من الجوائز الأدبية العالمية
17 Oct 2019
"هل الوطن هو السعودية".. بيلوسي ترد على حديث ترامب عن إعادة الجنود في اجتماع عاصف
17 Oct 2019
أكبر شركة ألبان بقطر.. "بلدنا" تسعى لجمع 392 مليون دولار بطرح عام أولي
تعرف على تطورات عملية "نبع السلام" ببلدتي رأس العين وتل أبيض
17 Oct 2019
صلح الأمازيغ والعرب.. عيد تحتفل به سيوة المصرية كل عام
17 Oct 2019
ميسي يتحدث عن تحدي رونالدو ويكشف عاداته الغريبة
17 Oct 2019
نشطاء يتساءلون: أين الجيش من فساد السيسي؟
17 Oct 2019
ثروات بالخارج ومواطن مغلوب.. أرقام عن الفقر بالدول العربية
17 Oct 2019
تسبق الفهد وتعيش بتونس.. اكتشاف أسرع نملة في العالم
17 Oct 2019
مهرجان قامات.. عن عمى الأسير إبراش وآخر مشهد للشهيد هيلانة
17 Oct 2019
منعزل ويشاهد المباريات من المنزل.. أوزيل يصر على البقاء مع أرسنال حتى 2021
17 Oct 2019
الفراغ والنفوذ والتوطين.. فريق تتبخر أحلامه وأربعة أطراف تكسب من العملية التركية بسوريا

Du Même Auteur - لنفس الكاتب

 26

Twitter - تويتر

Media - بالصـوت والصـورة

Facebook - فيسبوك

  Gilbert Naccache
 12/25/2017
 714
 
Lecture Zen
  4451
 
Conte de Noël : V – Les problèmes du roi Renard avec son chambellan
 
 

le renard fit adopter une série de principes que l’équipe du chambellan devraient mettre en œuvre. Tout d’abord cette équipe devrait représenter les divers types d’animaux supérieurs de la jungle, y compris les hyènes…


 

Photo

Avertissement : Avant de poursuivre son récit, le chroniqueur tient à s’excuser auprès de ses lecteurs de son long silence : des occupations impérieuses l’ont un moment tenu éloigné de la jungle où, semblait-il, il ne se passait pas grand-chose de nouveau. Après s’être enquis de la situation auprès de témoins crédibles, nous sommes à nouveau en mesure de reprendre le fil de notre narration : par un heureux hasard, cette reprise coïncide avec la célébration de Noël, ce qui justifie encore plus le sous-titre, Conte de Noël.

Résumé des épisodes précédents : Après son élection, le nouveau (et provisoire, pensaient beaucoup d'animaux qui s'étaient trompés en cela) roi, qui, pour assurer sa sécurité, s’était allié avec les hyènes, ennemis traditionnels des grands de la jungle, se mit en tête de créer une dynastie de renards.

Ce projet obligea le renard à chercher à élargir ses alliances et à être plus généreux envers les anciens grands et leurs domestiques à qui il s’efforça de rendre mille grâces, n’hésitant pas leur restituer une partie de leurs avantages et de leur splendeurs du passé.

Mais les nuages continuaient de s'amonceler autour du trône, les plus importants, mais pas les plus spectaculaires venant du peuple des animaux. La visite que firent au roi l’éléphant et l’âne, envoyés du puissant Président d’outre-mer, n’eut pas de conséquences immédiatement visibles, mais les relations entre le renard et le mulet, son premier chambellan ne s’arrangeaient pas…

L’événement le plus important de la période récente, et que paradoxalement personne n’a relié d’une quelconque façon à la visite des hôtes d’outre-mer, avait été le changement de chambellan. Le mulet, aux dires du renard, malgré toutes ses qualités, était trop âgé pour diriger la jungle. On eut la délicatesse de ne pas relever que, venant d’un si vieux roi, la remarque paraissait inconvenante, et l’on admit que la sagesse du roi alliée à la jeunesse d’un nouveau chambellan allait donner un souffle appréciable au royaume.

Passons sur les péripéties qui marquèrent le changement de cap, et l’apparente résistance du mulet à accepter son départ : bah, dit-on, les mulets sont têtus, celui-ci comme les autres, mais il dut s’incliner, et laisser la place à un jeune zèbre qui avait suivi des séances d’équitation outre-mer, où, dit-on, son habileté et sa droiture avaient été appréciées.

Pour marquer nettement le dynamisme qui devait caractériser le changement, le renard fit adopter une série de principes que l’équipe du chambellan devraient mettre en œuvre. Tout d’abord cette équipe devrait représenter les divers types d’animaux supérieurs de la jungle, y compris les hyènes qui eurent l’impression d’être renforcés par cette reconnaissance officielle d’une alliance de fait bien établie.

L’échantillon n’était pas très exhaustif et semblait boiter un peu, mais, comme il paraissait avoir un tout petit peu affaibli la puissance des hyènes, les autres s’en dirent satisfaits, y compris un ourson qui clamait son hostilité à ces vilaines bêtes tout en acceptant de dîner avec elles fréquemment : mais des mauvaises langues insinuaient que les hyènes avaient la réalité du pouvoir, ce que le renard niait à toute occasion, essayant même d’obtenir du grand conseil des animaux davantage de pouvoir, pour lui et son fils, le renardeau.

Un autre principe, proclamé solennellement par le roi renard, était, conformément à ce qu’il avait promis à ses deux invités d’au-delà des mers, de punir avec fermeté, et justice, ceux qui n’avaient pas respecté les quotas de chasse ou qui avaient fait commerce des provisions de viande, dans le passé comme dans le présent.

Pendant plusieurs lunes, on n’entendit plus parler de ce principe, ce qui encouragea certains valets des anciens dignitaires, en bons petits singes capables d’épouiller leurs maîtres, de reprendre du service à la Cour, n’hésitant pas, quelquefois, à parler de la revanche des anciens de la Cour du roi Lion, qui, à leurs dires, avaient trop souffert depuis le changement.

Las, ne voilà-t-il pas que le jeune chambellan se lança brusquement, et avec une certaine fougue, dans la dangereuse entreprise d’appliquer ce principe, pour commencer contre un riche corbeau qui étalait cyniquement ses richesses, et en faisait profiter nombre de créatures, notamment ailées, qui avait la fonction de dire les bonnes paroles.

Cela fit beaucoup de bruit dans la jungle où d’un côté, beaucoup de ceux qui étaient ou avaient été proches de la Cour étaient persuadés que les agissements de ces anciens et nouveaux prédateurs indélicats les mettaient en danger, risquant de favoriser une nouvelle levée en masse du petit peuple de la jungle, et d’un autre coté nombre d’animaux de ce petit peuple se mirent à espérer sans trop y croire…

Dans cet apparent unisson derrière le chambellan s’étaient sans doute glissés ceux qui avaient des ambitions autres que la moralité et le droit, certains ayant même monnayé avec les conseillers du renard leur retour au bercail. Mais qu’importe !

Il y avait maintenant un important mouvement pour approuver le chambellan, que le roi faisait mine de soutenir publiquement, tandis qu’avec ses conseillers, et ses puissants alliés, les hyènes, il mettait au point un plan de riposte contre ce « drôle de zèbre ».

C’était, disait-il pour justifier son choix d’un tel chambellan, que, en plus du fait que celui-ci était fortement recommandé par les souverains d’outre-mer, il était apparenté à des chevaux sauvages qui s’étaient distingués, sous le roi Lion par les nombreuses critiques qu’ils avaient exprimées, sans reculer devant les risques d’une telle attitude : le descendant profiterait de la bonne réputation de ses ancêtres et peut-être l’approbation que susciterait cette réputation éclabousserait-elle le pouvoir royal, qui serait plus libre de son action.

Du reste, dans les premiers temps de son élévation, le jeune zèbre n’avait manifesté aucune velléité contraire aux desseins, secrets ou publiquement affichés, du souverain. Celui-ci paraissait habité d’une idée fixe, qu’il voulait réaliser à tout pris : « Oublions les rancunes, renonçons aux vengeances, effaçons tous les mauvais souvenirs du règne de Lion. Faisons en sorte que le peuple de la jungle puisse paisiblement reprendre, comme par le passé, ses activités ordinaires.

Ces activités ne sont-elles pas les bases de l’identité de notre jungle ? » Ce discours avait le plus grand mal à convaincre les animaux. Le renard eut tout de même, après plusieurs mois, un succès partiel au grand conseil, grâce aux concessions qu’il fit à nombre d’animaux influents, au premier rang desquels se trouvaient les hyènes.

Au lieu de le féliciter, comme il se doit, du succès de sa campagne, et de manifester bruyamment son contentement, le chambellan lui porta de sérieux coups, en décidant brusquement que l’offensive de moralisation de la jungle devait alors commencer. Il avait procédé, on l’a dit, à la mise en accusation d’un corbeau assez vilain, certes, qui avait acheté on ne savait comment un titre de baron, et qui faisait vivre et prospérer une nuée de volatiles qui ne tarissaient pas sur sa grandeur et son honnêteté.

On disait de lui qu’il soutenait les hyènes, et qu’il complotait avec des cousins des hyènes qui vivaient sur un territoire proche et dont on ne connaissait pas vraiment les objectifs, apparemment pas totalement amicaux, à l’égard du royaume du renard. Le chambellan sembla ralentir son zèle, mais de temps en temps filtrait une information selon laquelle on avait inquiété tel ou tel personnage : on ne savait si la moralisation se poursuivait ou non.

Le renard continuait de clamer son soutien au zèbre et leur commune détermination à moraliser la jungle. Mais des remarques plutôt aigres du chef des hyènes firent penser à une entreprise de déstabilisation du zèbre, due ouvertement au chef des hyènes, évidemment opposé à toute moralisation, elle lui avait coûté un ami qu’il ne pouvait défendre ouvertement, mais également à son allié, le renard.

De nombreux éléments allaient dans ce sens : une soudaine et solide amitié entre le chef des hyènes et le prétendant au trône, devenu le chef des légitimistes, préfigurait leurs rapports futurs, après le départ, maintenant vraisemblablement proche, du renard pour un monde meilleur ; des critiques très vives se faisaient jour contre le chambellan, et on faisait courir, par le biais de plumitifs étrangers, des bruits concernant le nom d’un nouveau chambellan.

Le roi saisissait, de son côté, toutes les occasions de manifester sa confiance dans le zèbre (peur des alliés d’outre-mer ? se demandait-on), mais il s’efforçait simultanément de réduire son pouvoir, et le chambellan ne laissait rien paraître d’un éventuel mécontentement.

Les attaques de toutes sortes contre le zèbre et ses alliés se multipliaient, on disait que les agents du chambellan, tout comme certains témoins de non-moralité du corbeau risquaient tous les jours leur vie, et il ne manquait même pas des discours de soi-disant légalistes pour critiquer les manières, selon eux peu légales, dont étaient conduites les affaires de moralisation…

Et, dans la confusion ambiante, des animaux qui avaient ouvertement manifesté leur soutien au roi, disaient maintenant leur déception et se retiraient de l’alliance sacrée. Hélas pour eux, ils ne parvenaient pas à entraîner ceux des leurs qui participaient aux repas de la Cour ; et ils n’étaient pas rares, ceux qui préféraient une place au banquet à l’approbation des leurs, ils avaient plutôt tendance à se multiplier.

Pour ajouter à la confusion, les animaux installés dans une jungle lointaine, conviés à envoyer un représentant au Conseil, se défilèrent, et ce fut un vilain petit canard complètement inattendu qui fut désigné par les trois ou quatre animaux qui s’étaient déplacés pour l’occasion. Bref, une chatte (mais qu’aurait fait une chatte dans cette galère?) n’aurait pas retrouvé ses petits au milieu de ce décor de chaises musicales…

L’aigle que ce spectacle commençait à lasser, entrouvrait un œil et, ne voyant encore rien venir, se secouait de temps en temps et ouvrait les ailes avant de survoler brièvement la jungle dont la tranquillité apparente, troublée ça et là, devait recouvrir de sourdes menaces, se disait-il…

 

Par : Gilbert Naccache

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات