-
22 Aug 2019
وسط ترحيب دولي.. حمدوك يتعهد بوقف الحرب في السودان وحل أزمة اقتصاده
22 Aug 2019
مصدر حكومي ليبي: محطة فرنسية للتحكم بالطائرات المسيرة لفائدة حفتر
22 Aug 2019
"فرنسية" الشاهد تثير قضية مزدوجي الجنسية في سباق رئاسيات تونس
21 Aug 2019
هل كان جد بوريس جونسون خائنًا أم بطلاً عثمانيًّا؟
21 Aug 2019
الأمم المتحدة قلقة على حياة 3 ملايين مدني في إدلب
21 Aug 2019
بعد اتهامها بدعم انقلاب عدن.. حكومة هادي تسعى لاستبعاد الإمارات من التحالف وملاحقتها
21 Aug 2019
إدمان الهواتف الذكية.. نصائح للتخلص من السموم الرقمية
21 Aug 2019
اختبار جديد للديمقراطية في تونس
21 Aug 2019
يوم استثنائي في السودان.. حمدوك رئيسا للوزراء والسيادي يتسلم السلطة
21 Aug 2019
ما الخطوات العملية المتاحة لليمن لإنهاء دور الإمارات في التحالف؟
21 Aug 2019
تركيا تصر على دعم نقاط مراقبتها في إدلب وروسيا تتهمها بمخالفة الاتفاقات
21 Aug 2019
الحشد الشعبي بالعراق يتوعد أميركا ويحمّلها مسؤولية استهداف مقراته
21 Aug 2019
سيرة شعرية مليونية.. ماذا بقي من تغريبة بني هلال؟
21 Aug 2019
بينهم صحفي ومعلم فيزياء وقبطية.. من هم حكام السودان الجدد؟
21 Aug 2019
ألمانيا وفرنسا تستقبلان جونسون بتحذيرات من خروج بريطانيا دون اتفاق
21 Aug 2019
هل يزيد العمل ليلا خطر الإصابة بالسرطان؟
21 Aug 2019
بدعم روسي.. النظام السوري يمطر ريف إدلب بالقذائف وموجات نزوح ضخمة
21 Aug 2019
سهم إعمار مصر يهبط أكثر من 5% بعد دعوى قضائية بشأن أرض "مراسي"
21 Aug 2019
بعد إسقاط الحوثيين طائرة أميركية مسيرة.. واشنطن تتهم إيران بالاستفزاز
21 Aug 2019
تقدم لقوات الوفاق بطرابلس ودعم فرنسي لحفتر
21 Aug 2019
7 معلومات عن الدموع
21 Aug 2019
رغم دخولهما بشكل رسمي.. السلطات السعودية تحتجز مواطنَين قطريين قسريا
21 Aug 2019
هاشتاغ مجلس السيادة بالسودان يتصدر الترند.. واحتفاء بعضوية سيدة مسيحية فيه
21 Aug 2019
ميسي ورونالدو.. الذكاء الاصطناعي يدخل على خط اختيار الأفضل
21 Aug 2019
50 عاما على حريق الأقصى.. والألم يتجدد
21 Aug 2019
تركيا تمدد مهلة اللاجئين السوريين غير المسجلين بإسطنبول
21 Aug 2019
روحاني: الممرات المائية الدولية لن تنعم بالأمن إذا منعت إيران من تصدير نفطها
21 Aug 2019
تويتر يلتقي بممثلين عن مانشستر يونايتد والعنصرية ثالثهما
21 Aug 2019
شاب لبناني يضيف ابتكارا جديدا لعالم التصوير السينمائي
21 Aug 2019
الأولى من نوعها.. "القدس ماليزيا" تطلق موسوعة الأقصى الإلكترونية
21 Aug 2019
نحو ستة مليارات يورو.. أكثر مدربي الكرة إنفاقا في التاريخ
21 Aug 2019
صمت إسرائيلي على تصريح ترامب عن خيانة اليهود الذين يصوتون للديمقراطيين
21 Aug 2019
لاكروا: السودان يطوي صفحة من تاريخه... ويستقبل أخرى بتحديات جسام
21 Aug 2019
بالفيديو.. ميسي يسابق الزمن للعودة إلى الملاعب
21 Aug 2019
النرويج تعزز ثروتها بالمليارات.. صندوق سيادي بحجم اقتصادات كبرى
21 Aug 2019
الإسقربوط في فرنسا.. مرض قاتل يعود من عصر آخر
21 Aug 2019
فوضى "ترامب بريطانيا".. قطاع الأعمال يحذر من بريكست بدون اتفاق
21 Aug 2019
بالفيديو.. مصري يعمل بالنجارة رغم فقد بصره
21 Aug 2019
نيويورك تايمز: كيف يبدو النصر في دوما السورية؟ نساء وأطفال وركام!
21 Aug 2019
بخار السجائر الإلكترونية يؤذي الأوعية الدموية
21 Aug 2019
عبد الفتاح البرهان من ضابط مغمور إلى رأس الدولة في السودان
21 Aug 2019
مع هذا الاختراع.. النفايات البلاستيكية تعرض قريبا للبيع
21 Aug 2019
إحراق الأقصى.. مقدسيون يستذكرون المشهد
21 Aug 2019
قد تعجز أميركا عن إسقاطها.. صواريخ جديدة اختبرتها كوريا الشمالية
16 May 2018
هذه طريقة الموساد لتنفيذ عملية اغتيال ناجحة
21 Aug 2019
مغربيات يحاربن السمنة بمجموعات تغذية افتراضية
21 Aug 2019
تايمز: سرعان ما اندمجوا.. مقامرة ميركل باستقبال اللاجئين السوريين تؤتي ثمارها
21 Aug 2019
لهذه الأسباب يشجع عراقيون أطفالهم على الألعاب الشعبية

Du Même Auteur - لنفس الكاتب

 135
 Abdelaziz Bouteflika

Twitter - تويتر

Media - بالصـوت والصـورة

Facebook - فيسبوك

  Akram Belkaïd
 4/30/2019
 221
 
Lecture Zen
  6976
 
Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l’Algérie)
 
 

Le pouvoir manipule, c’est un fait. Soyons encore plus précis. Il passe son temps à manipuler. C’est son activité préférée. Jouer les uns contre les autres, faire puis défaire, faire semblant de faire pour défaire, ou bien faire semblant de détruire pour se renforcer. ..


 

Photo

Il y a plusieurs manières de définir le pouvoir algérien tel qu’il existe depuis le coup d’État de 1965 voire même avant. L’une d’elles le caractérise comme omniscient, toujours capable de retomber sur ses pattes et ayant en permanence plusieurs coups d’avance vis-à-vis de ses détracteurs et de son opposition. Quel que soit les événements, non seulement le pouvoir en serait à l’origine mais il aurait toujours un plan en tête qui finirait tôt ou tard par se réaliser.

Avec cette vision des choses, on n’est pas loin du complotisme mais reconnaissons que cette perception existe depuis très longtemps. Elle est très répandue en Algérie mais aussi à l’étranger. L’ancienne opposition au régime du parti unique en fut totalement imprégnée, intoxiquée dira-t-on, de même que nombre d’intellectuels français qui, d’une certaine façon, trouvèrent-là un moyen commode de tout expliquer sans même faire le moindre travail de terrain.

Certes, et je ne fais là que répéter certains de mes anciens écrits, le pouvoir algérien est un spécialiste de la manipulation. Cela personne ne peut le nier. Je me souviens de ce journaliste britannique rencontré à Alger en janvier 1992 et qui avait été baladé par tant d’officiels qu’il avait fini par craquer en m’expliquant que pour lui, l’Algérie est un « ballet incessant de fantômes et de fausses vérités ».

Personne n’échappe à ces manipulations, à ces fausses pistes que les journalistes sont encouragés à emprunter voire à vanter. Combien de fois depuis 2005 ai-je, par exemple, entendu des « sources », pourtant très haut placées, m’affirmer qu’Abdelaziz Bouteflika n’était plus de ce monde. Dix, quinze, vingt fois ? Peut-être même plus.

Le pouvoir manipule, c’est un fait. Soyons encore plus précis. Il passe son temps à manipuler. C’est son activité préférée. Jouer les uns contre les autres, faire puis défaire, faire semblant de faire pour défaire, ou bien faire semblant de détruire pour se renforcer. Mais, contrairement à l’idée répandue, cela ne marche pas toujours. Ou, plus exactement, cela ne marche presque jamais comme cela devrait marcher.

Le plus souvent, les manipulations du pouvoir tournent mal ce qui l’oblige à trouver d’autres idées tordues lesquelles sont appelées à ne guère donner de résultat. On pourrait en rire, un peu comme on rirait du spectacle d’un comique de l’époque du muet se prenant le même battant de porte à chaque fois qu’il essaie d’entrer dans un saloon. Le problème, c’est que le tragique n’est jamais loin. La règle est terrible : les manipulations qui tournent mal, cela signifie de la violence et de la douleur pour les Algériens.

Les tensions politiques et les rumeurs qui ont marqué l’été 1988 devaient conduire la population à sortir de chez elle pour réclamer des réformes et donner une marge de manœuvre plus large au président Chadli Bendjedid. On sait comment l’affaire a (mal) tourné. La médiatisation à outrance de l’ex-Front islamique du salut (FIS) devait effrayer les électeurs algériens et les pousser dans les bras du Front de libération nationale (FLN). Là aussi, on sait quel prix fut payé par la population durant les années 1990.

Vingt ans après le retour à la paix civile, voici donc l’Algérie confrontée à une grave crise politique. Mais cette fois, les choses sont différentes. Aucune manipulation ne peut avoir été assez forte pour pousser des millions d’Algériens à sortir dans la rue de manière pacifique. On entend, on lit, ici et là, que le hirak a été pensé, voulu et préparé par ceux qui tirent les ficelles. Pourquoi ? Comment ? Pour quel objectif ? Ça on ne le sait pas encore mais soyons certains que les explications a posteriori ne manqueront pas, rendant ainsi service à ce pouvoir qui verra ainsi renforcée son image de machine implacable. « Ces évènements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs ». Cette citation très célèbre, le plus souvent attribuée à Jean Cocteau ou, plus rarement, à Georges Clémenceau, correspond très bien au soulèvement pacifique des Algériens et au bénéfice que le pouvoir aimerait en tirer en s’en attribuant la paternité.

Mais au-delà des explications oiseuses habituelles du style « ‘‘ils’’ ont fait sortir les Algériens dans la rue pour éliminer Bouteflika avant de reprendre la main », le plus important à relever est que, passée la surprise devant le soudain surgissement du peuple, il est évident que le réflexe de la manipulation a vite repris le dessus. Et l’une d’entre elles est potentiellement dévastatrice.

Je ne sais pas si Issad Rebrab, le patron du groupe Cevital, est coupable ou non. L’arrêter maintenant, voire même le poursuivre, revient à faire deux erreurs. La première – et cela vaut pour les autres « oligarques » jetés en pâture à la vindicte populaire - revient à mettre la charrue avant les bœufs. Dans une Algérie parfaite, dans un scénario idéal, on démocratise d’abord, on purge la justice de ses brebis galeuses et, ensuite, et seulement à ce moment-là – parce que la justice aura regagné en impartialité et en indépendance par rapport au pouvoir politique – on pourra poursuivre Rebrab et ses pairs (lesquels, faut-il le rappeler, sont innocents jusqu’à preuve du contraire). Pour l’heure, on a surtout l’impression d’assister à un immense règlement de comptes n’ayant rien à voir avec les revendications populaires de changement.

La seconde erreur, encore plus grave, est évidente. Jouer avec la colère de la Kabylie, c’est s’amuser avec des feux de bengale devant une cuve de kérosène. Nombre de nos compatriotes sont persuadés que Rebrab n’a été arrêté que parce qu’il est kabyle. Que cela soit vrai ou non, l’effet est le même et cela ne pouvait être ignoré.

Que veut le pouvoir ? Pousser les Kabyles à user de la violence et à briser, en cela, l’élan pacifique des manifestations ? Provoquer un embrasement en Kabylie afin d’obliger les Algériens à rester chez eux le vendredi au nom de l’intérêt suprême de la nation ? Les concepteurs de cette manipulation n’ont même pas idée de ce qu’ils risquent de provoquer comme réaction en retour. Ou peut-être qu’ils le savent et que cela ne leur pose aucun problème. Et c’est bien là le drame.

 

Par : Akram Belkaïd

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات