-
25 May 2019
إغراق السفن وأمن هرمز وخيار الحرب.. وزير خارجية وأربعة قادة عسكريين إيرانيين يهددون ويحذرون
25 May 2019
برنامج ترامب باليابان.. غولف وسومو ولقاء مع الإمبراطور
25 May 2019
بعد حجب غوغل.. هؤلاء الخاسرون مع هواوي
25 May 2019
صحيفة سودانية: رئيس المجلس العسكري يشارك بقمتي مكة
25 May 2019
تحقق نصف حلمه.. قصة شيخ المناضلين السودانيين
25 May 2019
فورين بوليسي: كيف بذرت حروب البلقان بذور التطرف اليميني الأبيض؟
25 May 2019
ستالون: نجحت في التمثيل رغم إعاقتي الكلامية
25 May 2019
لمعرفة كيف تتطور الاحتجاجات.. الجيش الأميركي يحلل 350 مليار منشور بمواقع التواصل
25 May 2019
حريص على إهانتي في كل مرة.. ظريف يتساءل: لماذا أرد على اتصالات بومبيو؟
25 May 2019
بعد فيديو قصف مطارها.. الحوثيون يوجهون رسالة جديدة لأبو ظبي
25 May 2019
ما يمكن إنجازه في 10 أيام.. برنامج غذائي مكثف استعدادا للعيد
25 May 2019
لـ"ردع الأعداء وطمأنة الحلفاء".. واشنطن تنشر سرب طائرات أف 35 بإيطاليا
25 May 2019
نجل سلمان العودة: أخبار مفزعة تصل أسرتنا بشأن إعدام المشايخ
25 May 2019
"مسار" في دارة الفنون.. تجارب عشرة فنانين عرب يبحثون عن فضاءات الذات
25 May 2019
عامان على قرصنة وكالة الأنباء القطرية.. الهجمات الإلكترونية سياسة ممنهجة للسعودية والإمارات
25 May 2019
قادها أنصار الصدر.. مظاهرات تطالب بالنأي بالعراق عن صراع أميركا وإيران
25 May 2019
هدفك في الحياة يضاعف متعتك بتقاعد طويل
24 May 2019
"لتقويم مسار الثورة".. قوى التغيير تدعو إلى إضراب عام في السودان
25 May 2019
من اخترع نظام الامتحانات؟.. تاريخ من التوتر والمنافسة
25 May 2019
تجاهل صلاح مجددا في الترشح لجائزة أفضل لاعب بالدوري الإنجليزي
24 May 2019
موجة ارتياح بالسعودية عقب إلغاء استضافة وسيم يوسف في برنامج تلفزيوني
25 May 2019
الهزيمة أمام ليفربول جعلته لا يفكر فيه.. ميسي يفوز بالحذاء الذهبي
25 May 2019
الحكم أوقف مباراة بالدوري الفرنسي لإفطار لاعب جزائري
25 May 2019
بالفيديو.. جماهير الوداد البيضاوي تضرب المثل في مساندة فريقها
25 May 2019
اصطدام أدى لتكون القمر ووجود المياه على الأرض
25 May 2019
باحث: حيلة روسيا الخطيرة لأميركا هي مقايضة أوكرانيا بفنزويلا
24 May 2019
حقوق المستثمرين العرب في العقارات والمقاولون المراوغون بتركيا
25 May 2019
الأهلي يهدد بالانسحاب واعتراض 6 أندية على مجاملة بيراميدز والزمالك بجدول الدوري
24 May 2019
حميدتي في السعودية.. هل سيعوق التدخل الإقليمي ترتيبات الانتقال بالسودان؟
24 May 2019
ثلاثي ليفربول ينافس ميسي ورونالدو على الكرة الذهبية
24 May 2019
تعرف على سيناريوهات بريكست بعد استقالة تيريزا ماي
24 May 2019
لتجاوز معارضة الكونغرس.. إدارة ترامب تلجأ إلى ثغرة قانونية لبيع أسلحة للرياض
24 May 2019
هتشسون.. حكاية قس أميركي أصبح مسلما برام الله
25 May 2019
بعد 8 إنذارات وطرد.. الترجي يتعادل مع الوداد في ذهاب نهائي أبطال أفريقيا
24 May 2019
"شالوم" العبرية بشوارع مدينة الرسول.. ومغردون: إعدام الدعاة ثمن للتطبيع
24 May 2019
بعد زيارة حميدتي للرياض.. المجلس العسكري يعلن بقاء القوات السودانية باليمن
24 May 2019
شاهد.. مقطع فيديو لرونالدو يحصد 6 ملايين إعجاب في ست ساعات
24 May 2019
التصعيد مع إيران.. بين انقسامات الحزبين بأميركا
24 May 2019
جرحى في انفجار وسط مدينة ليون الفرنسية
24 May 2019
"المحيا" العثمانية.. زينة المساجد التركية في رمضان
24 May 2019
من يقنع المعتصمين؟ إرهاصات تسوية حول مجلس السيادة بالسودان
24 May 2019
غولدمان ساكس: احتمالات بريكست بدون اتفاق تزيد بعد استقالة ماي
مخاوف من إعدام العلماء.. ما مصير الاعتدال ببلاد الحرمين؟
24 May 2019
ما بعد استقالة ماي.. أبرز المرشحين لخلافتها والتداعيات على البريكست
24 May 2019
بعد مشكلة هواوي.. هواتف آيفون تحرج الصينيين
24 May 2019
ميسي عن "فضيحة" ليفربول: لن نسامح أنفسنا لأننا سمحنا لهم بالتلاعب بنا
24 May 2019
ثاني رئيس وزراء بريطاني يطيح به البريكست.. ماي تستقيل في يونيو
24 May 2019
سلمان عارض سلمان في جهاد الأفغان
24 May 2019
رواد الفن بالمغرب.. قصة إهمال الدولة لنجومها الأوائل
24 May 2019
حرب جديدة.. واشنطن تهدد بفرض رسوم على أي دولة تخفض عملتها

Du Même Auteur - لنفس الكاتب

 613
 Abdelaziz Bouteflika

Twitter - تويتر

Media - بالصـوت والصـورة

Facebook - فيسبوك

  Abdallah Benadouda
 4/30/2019
 122
 
Lecture Zen
  6977
 
Le Hirak, Abassi Madani, ma mère et moi…
 
 

J’ai reçu une notification sur mon téléphone : « Abassi décédé. Enterrement demain. Sentiments mitigés » Cela ne veut rien dire. C’était peut-être hier. Oui. Cela ne veut plus rien dire. Ça ne m’a rien fait. Ça ne me fait plus rien.


 

Photo

Aujourd’hui Abassi est mort. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J’ai reçu une notification sur mon téléphone : « Abassi décédé. Enterrement demain. Sentiments mitigés » Cela ne veut rien dire. C’était peut-être hier.
Oui. Cela ne veut plus rien dire. Ça ne m’a rien fait. Ça ne me fait plus rien.

La mort ne me fait plus rien depuis que ma mère est morte.
Ma mère n’aimait pas Abassi Madani. Elle lui en voulait de l’avoir traité d’« épervier du colonialisme », elle qui, justement, avait sacrifié sa vie à le combattre, ce colonialisme.

Moi aussi je ne l’aimais pas Abassi : d’abord parce qu’il avait blessé ma mère, et ça, c’est impardonnable. Ensuite, son discours politique ne me plaisait pas trop non plus : j’avais 18 ans en 1988, le premier 7irak, moins pacifique que l’actuel, m’ouvrait des horizons d’espérances et le discours de Abassi, mais surtout celui de ses partisans, mes amis, mes cousins, mes voisins, m’enfermait dans des frontières physiques et idéologiques que mon cerveau critique et plein d’hormones ne voulait pas accepter.

Avec mes amis, nous allions parfois les écouter, lui et Ali Benhadj, à la mosquée Benbadis, parce que je n’habitais pas très loin, parce que j’étais curieux d’entendre ces deux rockstars. Je voulais aussi assister à ce spectacle hallucinant. Mais je ne les aimais pas, parce que ma mère ne les aimait pas, et aussi parce que j’étais amoureux d’une fille et le discours du FIS me contrariait dans mes projets passionnés et charnels.

Avec mes copains, on redescendait après notre halte de curiosité vers Hussein-Dey ; je faisais toujours en sorte de leur faire faire un détour pour passer à côté de la maison de l’élue de mon cœur au cas où elle serait à la fenêtre. « 3achaq ettaqa ma yetlaqa » (« Les amants des balcons ne concluent jamais ») me disaient mes copains, tout en débriefant les discours ambigus de Ali et Abassi.

On en parlait avec nos mots de jeunes lycéens. Je trouvais qu’Ali Benhadj avait plus de succès qu’Abassi. Que son discours était plus « agressif », voire plus « dangereux », plus « direct ». Je n’ai pas aimé. J’avais 18 ans et je sentais que c’était risqué. La fenêtre de l’élue de mon cœur ne s’est jamais ouverte. Et j’en ai voulu à Abassi, parce qu’il avait blessé ma maman, mais aussi parce que sa rhétorique politique servait à légitimer les discours enflammés de Ali Benhadj.

Après, quand tout a basculé dans cet inconnu, j’étais à l’université. Béton sans âme dans une cité nouvelle mais déjà morte. Morte autant que mes amours perdues entre Dergana et l’école vétérinaire à Bouraoui (la Cité, pas Amira)
Et puis dans ma tête, c’est allé très vite. Les années se sont écoulées à un rythme fou, les morts aussi. Par milliers. Inconnus, célèbres, voisins, proches, frères, sœurs, oncles. Tous, mais pas moi. Pas ma mère. Elle, elle en voulait encore à Abassi de l’avoir traitée et humiliée de la sorte.

Elle en voulait aussi à d’autres, d’avoir tué Boudiaf à Annaba et d’avoir assassiné son frère, en bas de chez lui. Elle ne s’en est jamais remise. Quelque chose en elle s’était cassée. Briséee.

Moi je m’en suis remis, j’ai retrouvé l’amour grâce à celle qui deviendra ma femme. Mais j’en voulais encore à Ali et Abassi d’avoir pourri mes rêves de jeune Algérien. J’en voulais encore à Abassi d’avoir vexé ma mère en la traitant d’« épervier du colonialisme », parce qu’elle défendait des idées nationalistes différentes des siennes.

Je leur en voulais aussi de nous avoir menés là où nous étions. Mais je n’avais plus dix-huit ans. Je n’étais plus un enfant et j’en ai voulu aussi aux autres. Ceux qui ont permis cela, ceux qui en ont profité pour s’enraciner et s’enrichir toujours davantage, ceux qui ont soufflé sur les braises de la peur. Je leur en voulais d’avoir fait perdre la mémoire à me mère, même si je la soupçonnais de l’avoir fait exprès, tellement elle était forte Yemma.

J’ai ensuite fait des livres, de la radio publique, pas très longtemps, puis de la télévision. Pas très longtemps non plus. Parce qu’on a lancé une fetwa contre moi. Ce n’était ni Ali, ni Abassi, mais un autre frère, pas un frère musulman, mais tout aussi nuisible et violent. Le frère de trop.

J’ai donc quitté ma télé, ma famille, mes amis d’Hussein-Dey et d’ailleurs. J’ai quitté mon pays. Ce jour-là, sur le tapis roulant sans fin de l’aéroport de Francfort, ma femme et moi avions saisi que notre vie allait changer à tout jamais. Que nous devions nous réinventer. Le frère avait définitivement fait basculer ma vie. Il l’a détournée à tout jamais. Je lui en voulais. A mort.

Et un jour, ma mère est morte. J’en ai tellement pleuré que ça ne veut plus rien dire maintenant. J’ai détesté ma vie, mon exil, les grands lacs et les gratte-ciels. J’ai souhaité leur mort, je leur ai souhaité à tous une fin tragique. Horrible.

Et puis un jour, un peuple qu’on croyait mort est revenu à la vie, majestueusement, et a réveillé mes espoirs et mes larmes que je croyais asséchés. Le destin de l’Algérie s’en voyait changé à jamais. Encore une fois. Mon destin personnel n’avait plus d’importance. La révolution avait remis le fleuve détourné sur sa voie originelle.

Aujourd’hui Abassi est mort. Ou peut-être hier, je ne sais pas. Sa mort n’est pas rien. Elle a du sens. Cet homme fut important. Il a changé l’Algérie, il a « changé nos habitudes », il a changé nos destins… mais pas que. Et surtout pas que lui. Il est parti et on a cette étrange impression qu’il a échappé à quelque chose. Il ne s’est pas expliqué, il ne s’est pas excusé. Il nous a eus, et les autres aussi.

Ceux qui sont responsables d’avoir changé ma vie, de m’avoir privé de faire le deuil de ma mère avec les miens. Combien sont-ils ? Qui sont-ils ? Je n’ai pas fait de liste comme Arya dans Game of Thrones. J’aurai dû, je sais. Mais je ne l’ai pas fait. Je m’en veux, un peu.

Cela m’a déprimé, mais je me suis souvenu de la Révolution du 22 Février. Je me suis aussi souvenu qu’Abassi Madani est mort à l’âge de 88 ans. Ses complices sont aussi vieux que lui. Et sa mort, aujourd’hui ou peut-être hier, prend tout son sens. Elle n’affaiblit pas le hirak, bien au contraire : elle lui offre une dimension supplémentaire.

Abassi n’a pas vraiment répondu de ses actes devant la justice de son pays (même s’il fut condamné à quelques années de prison) ? Ses complices aussi ne le feront pas ? Qu’importe ! Que le vent les emporte tous ! Ceux qui ont échappé à la justice de leur pays n’échapperont jamais au jugement de l’Histoire.

Aujourd’hui Abassi est mort. Demain, ça sera un autre. Aujourd’hui ma mère est vivante. Son Algérie aussi. Elle a toute la vie devant elle. Elle n’a pas 88 ans. Elle a tout juste vingt-ans. L’âge de tous les espoirs. De tous les rêves.

 

Par : Abdallah Benadouda

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات