-
26 Jun 2019
الجزيرة نت تنشر أسرار انقلاب السودان.. لماذا أغلق حميدتي هواتفه؟
27 Jun 2019
تونس.. قتيل وجرحى في هجومين انتحاريين وسط العاصمة
27 Jun 2019
بعد استعادة غريان.. المجلس الأعلى بليبيا يدعو أنصار حفتر للتخلي عنه
26 Jun 2019
د. محمد مرسي في ميزان العلم والأخلاق
27 Jun 2019
"حرب لن تطول كثيرا".. ترامب لا يستبعد خيار القوة ضد إيران
27 Jun 2019
بالفيديو.. مرتزقة من السودان وتشاد بيد قوات الوفاق الليبية في غريان
27 Jun 2019
بحضور السفير القطري بلندن.. مشيرب العقارية تطلق أحدث إصداراتها عن اللغة المعمارية الحديثة
27 Jun 2019
شاهد.. أنجيلا ميركل ترتجف للمرة الثانية في أقل من أسبوعين
27 Jun 2019
كانوا يشاهدون مباراة المنتخب مع الكونغو فقصفهم الجيش المصري وقتل 7
27 Jun 2019
مادورو يعلن إحباط محاولة انقلاب والقبض على المتورطين
27 Jun 2019
شاهد: من قبل منتصف الملعب.. هدف مذهل آخر لروني
27 Jun 2019
صحيفة: كيف يتأقلم العالم مع أشكال الأسر الجديدة؟
27 Jun 2019
السودان.. قوى التغيير تحشد لمظاهرات مليونية في 30 يونيو
26 Jun 2019
تفاصيل محاولة الانقلاب الفاشلة في إقليم أمهرا الإثيوبي
27 Jun 2019
صدق أو لا تصدق.. البشر يأكلون البلاستيك
27 Jun 2019
الأردن وآفة المخدرات.. يد تكافح وأخرى تعالج الإدمان
27 Jun 2019
بلومبرغ: موظفون من هواوي تعاونوا مع الجيش الصيني
26 Jun 2019
"إسرائيل وجدت لتبقى".. البحرين تعلن رغبتها في التطبيع
27 Jun 2019
زخرفة قرع الماء.. فن ومصدر دخل لنساء تركيا
27 Jun 2019
فايننشال تايمز: الصراع الإثني يهدد الإصلاحات السياسية والاقتصادية بإثيوبيا
27 Jun 2019
خلل جديد في طائرات "بوينغ 737 ماكس" يؤخر رفع الحظر عنها
27 Jun 2019
حول مواقف الغضب لدى طفلك إلى فرص للتعلم
27 Jun 2019
كيف تحدد ما سيحدث لحسابك في غوغل بعد وفاتك؟
27 Jun 2019
بعد اعتذاره.. مطالبات بإعادة عمرو وردة للمنتخب المصري
27 Jun 2019
‫آلام أسفل البطن المستمرة لدى النساء جرس إنذار
27 Jun 2019
رئيس أركان الجزائر: أنا مع الشعب وليس لدي طموح سياسي
27 Jun 2019
غيرت الصورة النمطية لأطفال غزة.. طفلة اشتهرت بعرض الأزياء على إنستغرام
27 Jun 2019
‫ما هي إنفلونزا العيون؟‬
27 Jun 2019
كينو ريفز.. نجم رفض الانضمام لعالم مارفل
27 Jun 2019
الموت أثناء الفرح.. عشرات القتلى والجرحى في عرض عسكري بمدغشقر
26 Jun 2019
مسؤول سعودي: هجمات الحوثيين كشفت ضعف دفاعاتنا الصاروخية
26 Jun 2019
دعوى قضائية ضد حفتر أمام محاكم أميركية
26 Jun 2019
جشع وبخيل.. مربية أطفال تنتصر قضائيا على محرز
26 Jun 2019
مستور آدم: الموجة الثالثة من ثورة السودان.. مليونية لإسقاط المجلس العسكري
26 Jun 2019
الإمارات: لا يمكن تحميل مسؤولية هجمات خليج عُمان لأي دولة
26 Jun 2019
في ختام ورشة البحرين.. كوشنر يتهم القيادة الفلسطينية بالفشل ويبقي الباب مفتوحا
26 Jun 2019
مكشوفة عسكريا.. هل أسلحة الدفاع السعودية للاستعراض فقط؟
26 Jun 2019
هل يؤدي الفلورايد في معجون الأسنان للإصابة بالسرطان؟
26 Jun 2019
كاتب إيراني معارض خدع وسائل إعلام أميركية.. من هو "حشمت علوي" الوهمي؟
26 Jun 2019
قطريون يستنكرون مشاركة بلادهم في ورشة البحرين
26 Jun 2019
"آيباد أو أس" يدعم استخدام الفأرة.. لكن لا تبتهج كثيرا
26 Jun 2019
مسؤولون أميركيون وإسرائيليون يرقصون بكنيس يهودي بالمنامة
26 Jun 2019
سويسرا تمنع شركة طائرات من العمل بالسعودية والإمارات
26 Jun 2019
خلافات السياسة والرياضة.. حرب كلامية بين ترامب وقائدة المنتخب الأميركي
26 Jun 2019
ما زالت تشكل كابوسا لبعض الساسة.. هذا مصير قصور صدام الرئاسية
26 Jun 2019
كالامار: الأدلة تشير لتورط مسؤولين سعوديين كبار في مقتل خاشقجي
26 Jun 2019
تطبيق لمراقبة أداء الموظفين من خلال هواتفهم
26 Jun 2019
حملة في صحف عالمية من أجل وقف حملات الاعدام بالسعودية

Du Même Auteur - لنفس الكاتب

 26
 Abdelaziz Bouteflika

Twitter - تويتر

Media - بالصـوت والصـورة

Facebook - فيسبوك

  Gilbert Naccache
 6/9/2019
 126
 
Lecture Zen
  7151
 
Hommage au peuple algérien combattant
 
 

Ce qui s’est produit en Algérie, nous a-t-on expliqué, est de l’ordre du tsunami, un bouleversement politique qui dépasse de très loin son point de départ, la question des élections présidentielles et de la candidature de Bouteflika.


 

Photo

L’association « Nachez Dissonnances » a pris une initiative d’autant plus méritoire que, en Tunisie, on parle peu, presque pas, de ce qui se passe en Algérie, un silence d’autant plus étonnant qu’il n’est pas seulement le fait du pouvoir ou des organisations qui en sont proches, mais de tous les gens qui ont accès à la parole, en particulier des membres d’une presse incapable de parler de ce qui est réellement important.

Tant pis, laissons l’aveuglement à ceux qui ne veulent pas voir, et accompagnons un moment les deux amis Algériens, Lotfi Madani et Yassine Timlali, qui nous ont fait, le vendredi 31 mai, un tableau passionnant de ce qui se passe à l’Ouest d’une Tunisie apparemment empêtrée dans ses combinaisons (ou combines) de basse politique intérieure.

Ce qui s’est produit en Algérie, nous a-t-on expliqué, est de l’ordre du tsunami, un bouleversement politique qui dépasse de très loin son point de départ, la question des élections présidentielles et de la candidature de Bouteflika.

Avec une détermination inattendue, une jeunesse algérienne, jusqu’ici muette, a explosé, donnant le signal de mobilisation de tout le peuple, et envoyant du même coup aux oubliettes toutes les analyses politiques, ôtant d’un seul coup toute légitimité aux partis politiques de tous bords, aux personnalités pressenties comme négociateurs, aux différentes solutions au conflit qui ne partent pas des demandes pressantes de ces manifestants : la fin du système politique actuel.

Que des clans, de l’armée principalement, en profitent pour régler certains comptes est secondaire devant le fait qu’à chacune de leurs initiatives, il s’agit en même temps d’une reculade dans le sens des revendications de cette jeunesse, mobilisée comme jamais, et refusant toute direction politique, toute délégation de pouvoir.

Les mouvements hebdomadaires qui ramènent les jeunes et les moins jeunes femmes et hommes dans les rues touchent toutes les villes d’Algérie et toutes les communautés (un journal a même écrit : « Les kabyles rejoignent leurs frères algériens (sic) »), affichant, à côté de l’humour et de la volonté de mener une action pacifique, cette flamme qui évoque d’autres manifestations de jeunes, celles de décembre 1960 notamment.

Le motif profond de ces mobilisations n’est plus la volonté d’indépendance nationale, mais le refus du mépris (la hogra) manifesté par le système, pas seulement le système politique, mais c’est la demande de reconnaissance de leur dignité : on voit ici la parenté de ces revendications avec celles de 2011 en Tunisie, cela explique peut-être le silence officiel de ce côté-ci de la frontière…

Quoi qu’il en soit, la force de cette poussée de fièvre a emporté l’ensemble des partis politiques liés au pouvoir, laissant l’armée, détentrice du pouvoir réel, sans intermédiaire de type pouvoir apparent face au peuple, l’obligeant à reculer pas à pas, pour éviter, par une répression franche du mouvement populaire, de perdre le reste de légitimité qui lui vient de la lutte nationale.

Cette poussée semble avoir également affaibli les forces politiques d’opposition, désemparées devant cette mobilisation incontrôlable, réfractaire à toutes les orientations de cette opposition.

Les demandes politiques des jeunes, souvent formulées avec humour, sont situées dans un autre univers : non pas celui des calculs et des appréciations de rapports de force politiques, mais celui des valeurs humaines, au premier plan desquelles se trouve la dignité : on ne peut accepter que les profiteurs, les mafieux… continuent à dominer la société et à priver le peuple de ressources qui existent en abondance.

L’absence de formation politique, d’expérience des négociations pousse naturellement les jeunes à être intransigeants ; ce caractère parait contradictoire avec le proche avenir auquel semblent appeler les intervenants de la soirée : des négociations avec des militaires qui, aujourd’hui n’ont pas envie de renoncer à leurs solutions, refusant en fait toute négociation : en gros, les manifestants exigent la mise en place d’un processus de transition vers la fin du système avant toute décision constitutionnelle ; de son côté, le nouveau pouvoir veut des élections qui aboutissent à des changements constitutionnels, ce qui implique le maintien de ce système jusque après les élections et les discussions sur les modifications à envisager, c’est-à-dire au maintien du statu quo…

La mobilisation ne s’arrête pas pour autant, elle vient de remporter un nouveau succès, avec la décision de reporter les élections, et il est permis d’espérer que le pouvoir continue de reculer, bien que l’on perçoive des envies de passer à une répression décidée, répression de tous les risques, C’est qu’on est en présence d’une génération qui n’a pas connu les années de guerre civile, qui a grandi dans un pays dominé par des parasites, où les privilégiés affichent leur cynisme, où la corruption est générale, et où l’espoir de s’en sortir est des plus ténus pour les jeunes sans appuis, et qu’une réaction brutale par le pouvoir aurait des conséquences imprévisibles.

L’avenir immédiat semble être celui du maintien de la pression populaire sur un pouvoir qui résiste à reculer, dans l’espoir de gagner du temps et que s’essouffle la mobilisation.

Dans l’enthousiasme que suscite ce formidable mouvement, nos conférenciers ne se sont pas attardés sur les dangers de la situation actuelle, mais ont naturellement insisté sur les espoirs qu’ils partagent avec les millions d’Algériens qui veulent récupérer leur citoyenneté, leur dignité et leur pouvoir sur leur avenir.

Il va de soi que de nombreuses questions subsistent, et que, en tant qu’observateurs amicaux du mouvement populaire actuel, il nous serait plus facile de prendre du recul et d’exprimer nos inquiétudes, à côté de nos espoirs que le mouvement actuel, qui a ouvert une nouvelle ère politique qui dépasse le cadre algérien, obtienne de nouvelles et durables grandes victoires.

Mais laissons ces inquiétudes pour le moment et félicitons-nous, avec nos frères algériens, de cette rupture franche avec la façon de vivre la politique.

 

Par : Gilbert Naccache

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات