-
23 Jul 2019
برر قبوله دعوة السفارة القطرية.. رئيس "العدل والمساواة" السودانية يكشف للجزيرة نت قضايا الخلاف بأديس أبابا
24 Jul 2019
السودان.. خلافات تؤجل اتفاقا بين قوى التغيير والجبهة الثورية
24 Jul 2019
كتائب القسام تخاطب الإسرائيليين بشأن أسراهم وتضع نتنياهو أمام خيارين
23 Jul 2019
من أصول تركية ومعجب بترامب.. 15 معلومة عن رئيس وزراء بريطانيا الجديد
24 Jul 2019
متحدث عسكري أميركي للجزيرة: ربما أسقطنا طائرة إيرانية مسيرة أخرى
23 Jul 2019
الدوحة ترحب.. الصومال: قطر لا تدعم الإرهاب
23 Jul 2019
أزالوا نصف رأسه.. شاهد: وفاة ملاكم روسي تلقى ضربات قاتلة
24 Jul 2019
من تونس.. السراج ومسؤول أميركي يؤكدان أهمية وقف القتال بطرابلس
23 Jul 2019
كتائب القسام: الاحتلال يتهرب من صفقة تبادل أسرى مع المقاومة
23 Jul 2019
هواوي تتلقى أخبارا سارة.. وتذمر في صفوف حلفاء أميركا
23 Jul 2019
قصف إسرائيلي على مواقع جنوبي سوريا
23 Jul 2019
قرقاش: الإمارات لم تغادر اليمن وإنما تعيد انتشارها
23 Jul 2019
بعد وفاة مرسي.. إلى أين يسير القضاء المصري؟
23 Jul 2019
في ظل رفض إيران.. فرنسا تدعم سعي بريطانيا لتشكيل قوة أوروبية بالخليج
23 Jul 2019
التوحد وأنا (1).. هكذا اكتشفت علاماته المبكّرة لدى طفلي
23 Jul 2019
ثورة أم انقلاب.. جدل متجدد بمواقع التواصل حول 23 يوليو
23 Jul 2019
بعد أن كشف عن هرم سنفرو.. التصوير الإشعاعي يكشف موقعا أثريا روسيا مطمورا
23 Jul 2019
أزمة الناقلات.. ما هي خيارات بريطانيا في مواجهة إيران؟
23 Jul 2019
أغلى عشرة أندية لكرة القدم بالعالم
23 Jul 2019
هكذا تفاعلت إسرائيل مع طرد مقدسيين مطبّعا سعوديا من باحات الأقصى
23 Jul 2019
مناصب الحكومة الانتقالية في السودان.. مفاوضات ساخنة بأديس أبابا
23 Jul 2019
هل تعيد تفاهمات أديس أبابا وحدة المعارضة السودانية؟
23 Jul 2019
هدوء جنوبي طرابلس وقوات حكومة الوفاق تصد هجوما لقوات حفتر
23 Jul 2019
بالفيديو.. باريس سان جيرمان يضم "جوهرة" برشلونة
23 Jul 2019
وكيل محافظة المهرة: السعودية أقامت سجونا سرية لتعذيب أهالي المحافظة
23 Jul 2019
الصين تقدم تسهيلات جديدة للاستثمارات الأجنبية
23 Jul 2019
بسبب نمط الحياة.. الاحتراق النفسي يهاجم المراهقين أيضا
23 Jul 2019
خاتمي: ترامب يغامر بإشعال حرب شاملة ضد إيران
23 Jul 2019
شاهد.. بعد هوس فيس آب.. تطبيق جديد يرسم صورتك بريشة كبار الفنانين
23 Jul 2019
ألوان الصحراء.. معرض فني بكتارا يرصد حياة البادية
23 Jul 2019
وسط مساعٍ لتشكيل تحالف دولي.. قائد إيراني: نرصد تحرك أعدائنا بالخليج
23 Jul 2019
"كبير سينغ" على عرش إيرادات بوليود هذا العام
23 Jul 2019
تسخين الطعام أم أكله باردا.. أيهما أفضل؟
23 Jul 2019
البوتس.. صناعة الوهم (4) خاشقجي.. الكلمات المخنوقة
23 Jul 2019
حقوقيون: تواصل إضراب 138 معتقلا بسجن العقرب منذ وفاة مرسي
23 Jul 2019
بلومبيرغ: بريطانيا لا تحتاج أزمة قناة سويس ثانية
23 Jul 2019
بتغييرها يمكنك تغيير حياتك.. 7 أفكار تجنبها وأنت تتقدم بالعمر
23 Jul 2019
ما مبررات الحوثيين لتصفية حلفائهم من شيوخ القبائل؟
23 Jul 2019
هل تقضي الحرب مع إيران على سوق الطاقة الأميركية؟
23 Jul 2019
لجنة برلمانية إيرانية توضح أهداف الإعلان عن "شبكة تجسس" للمخابرات الأميركية
23 Jul 2019
نائبة أميركية: ترامب يريد عودة المهاجرين لبلدانهم لكن السكان الأصليين لا يوافقونه
23 Jul 2019
أساتذة الجامعات المصرية.. رهائن للموافقات الأمنية
23 Jul 2019
أشهر القلاع المليئة بالأشباح في العالم
23 Jul 2019
هزة بأوساط الحزب الحاكم.. النواب المغاربة يصوتون لصالح فرنسة التعليم
23 Jul 2019
ميزانية ترامب العسكرية تعيد الحديث عن نفوذ مجمع صناعات السلاح
23 Jul 2019
اللاجئون السوريون بتركيا.. ترحيل أم فرض للقانون؟
23 Jul 2019
تنديد دولي وعربي بهدم إسرائيل منازل مقدسيين
23 Jul 2019
بسبب المنطقة الآمنة والتهديدات.. تركيا تُلوّح بعملية عسكرية شمالي سوريا
  Rania al-Malky
 6/19/2019
 120
 
Lecture Zen
  7191
 
Décès de Mohamed Morsi : le dernier clou dans le cercueil de la révolution égyptienne
 
 

La mort de Morsi peut apparaître comme l’épilogue de la révolution égyptienne, le dernier clou dans le cercueil d’un rêve amputé. Mais elle peut aussi marquer le début d’une nouvelle conversation sur nos valeurs en tant que nation et sur l’avenir de ce pays.


 

Photo

Le dramatique décès de Mohamed Morsi, seul président égyptien ayant été élu démocratiquement au cours de l’histoire récente, n’est pas surprenant.

Difficile d’imaginer un timing plus ironique : sa mort survient deux semaines à peine avant le sixième anniversaire de son éviction et son arrestation à la suite d’un coup d’État qui l’a chassé du pouvoir un an après son arrivée à la présidence.

La seule surprise vient du fait qu’il a tenu aussi longtemps dans des conditions aussi déplorables.

Une personnalité peu connue

Mohamed Morsi a été professeur d’ingénierie à l’université égyptienne de Zagazig jusqu’en 2010. En 1982, il a obtenu un doctorat de l’University of Southern California et a été nommé professeur assistant à la California State University de Northridge la même année, poste qu’il a occupé jusqu’en 1985 et son retour en Égypte.

Il a été député de 2000 à 2005. Comme tous les membres des Frères musulmans (FM), il s’est présenté à titre indépendant parce que le groupe avait l’interdiction d’être une organisation officielle pendant les trente années de règne de son prédécesseur, Hosni Moubarak, qui a été chassé lors d’un soulèvement populaire en janvier 2011.

Avant son élection en 2012, Morsi était un membre peu connu du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), l’aile politique des FM. Ce parti socialement conservateur mais politiquement progressiste a remporté haut la main les seules élections présidentielles et législatives libres et équitables jamais tenues en Égypte en 2011-2012.

L’arrivée au pouvoir du PLJ a cependant été la cible des autorités militaires, qui ont pointé leur viseur laser sur Morsi, lequel non seulement symbolisait son affiliation islamiste, mais défendait aussi l’écrasante revendication pour un régime civil.

Prisonnier politique

Mobilisant les médias, la justice et les services de renseignement pour renverser Morsi, début juillet 2013, l’actuel président égyptien, Abdel Fattah el-Sissi, a dirigé un coup d’État contre l’homme qui l’avait nommé à son poste de ministre de la Défense.

Selon un rapport publié en 2017 par Human Rights Watch (HRW), Morsi a été arrêté et maintenu au secret sans inculpation ni procédure judiciaire pendant 23 jours, jusqu’au moment où les autorités ont annoncé l’ouverture d’une enquête à son encontre.

Morsi a fait face à une série de fausses accusations, notamment d’espionnage pour le Qatar et le Hamas, et pour s’être évadé de prison dans le chaos du soulèvement de 2011, deux jours après avoir été détenu illégalement.

Mohamed Morsi a comparu devant le tribunal pour la première fois quatre mois plus tard. Enfermé dans une cage insonorisée, il n’a pas été autorisé à consulter son avocat, en violation du droit à un procès équitable. Pendant les trois années suivantes, Morsi a été maintenu à l’isolement, se retrouvant complètement coupé du monde extérieur.

Au cours des quatre premières années de son incarcération, la famille de Morsi n’a été autorisée à lui rendre visite que deux fois, en novembre 2013 et en juin 2017. Il a pu voir son épouse et sa fille pendant 30 minutes, mais ses quatre fils et les autres membres de sa famille ont eu l’interdiction de lui rendre visite.

Son traitement est typique de celui infligé aux quelque 60 000 prisonniers politiques actuellement détenus dans les prisons toujours plus nombreuses en Égypte.

Diabétique souffrant également d’une maladie hépatique, la santé de Morsi s’est détériorée, ce qu’il considérait comme une stratégie délibérée pour mettre fin à ses jours par manque de soins.

Le 8 juin 2017, l’équipe de la défense de Morsi a déposé une plainte auprès du procureur général pour demander son transfert dans un établissement de santé privé pour examen, faisant écho aux préoccupations soulevées par Morsi lui-même lors d’une comparution devant le tribunal en août 2015 et encore en mai dernier.

Retour de flamme

S’il ne fait aucun doute que Morsi était un personnage clivant, il est également indiscutable que tout président civil élu suite à un scrutin libre et équitable qui contesterait le régime militaire serait clivant.

Il y aura toujours ceux dont le dégoût viscéral pour les islamistes de toutes allégeances politiques l’emportera sur toute logique. Dans le même temps, il y avait ceux qui n’ont vu aucune faute de la part de Morsi et du PLJ.

Cependant, je ne m’attendais pas à cette immense zone grise entre les deux, à cet élan de sympathie et de tristesse pour ce qu’il a vécu et cette indignation face à l’injustice qu’il a subie.

La réaction locale et mondiale à la mort prématurée de Morsi deviendra son héritage retentissant. Alors que l’Égypte a sombré dans un état de dictature militaire à part entière, seuls les aveugles n’ont pas encore vu à quel point Morsi a été traité de manière injuste par rapport au dictateur qu’il avait remplacé après 30 ans de règne.

Moubarak a passé la majeure partie de sa détention dans un hôpital militaire, traité comme un roi et entouré de sa famille. Il a finalement été disculpé de toutes les accusations (notamment d’avoir conspiré pour tuer des manifestants en 2011) avant sa libération en 2017.

Si Moubarak décède aujourd’hui, il recevra probablement des funérailles nationales en l’honneur de son passé militaire. En revanche, Morsi, qui a passé une année contestée au pouvoir que même ses ennemis jurés ont reconnue comme un refuge pour la liberté d’expression et les droits civiques, a été condamné à mort et à une peine d’emprisonnement à perpétuité pour des accusations inventées de toutes pièces, a été contraint de dormir par terre en isolement cellulaire et s’est vu refuser l’accès à des soins médicaux adéquats.

Morsi n’a pas reçu de funérailles nationales. Selon la presse, il a été enterré rapidement sans enquête appropriée sur la cause du décès. Sa famille s’est vu refuser sa demande pour qu’il soit enterré dans son village natal et seuls ses enfants ont été autorisés à assister à la cérémonie. Son épouse en a été empêchée.

L’ampleur de cette injustice est si difficile à comprendre sur le plan humain qu’elle a produit un retour de flamme.

Un épilogue à la révolution

Voici ce qu’un ami copte, virulemment anti-Morsi, a écrit dans un message public sur Facebook :

« Je croyais que sa bande des Frères musulmans allait gouverner l’Égypte pour toujours et qu’il n’y aurait jamais d’autre gouvernement élu démocratiquement. Je croyais vraiment qu’il avait vendu le Sinaï au Hamas (ou au Qatar), qu’il avait violé la Constitution, qu’il était un traître à son pays et qu’il avait perdu toute légitimité.

« Sa présidence n’a duré qu’un an. Aujourd’hui, je me rends compte que j’ai été pris dans un mouvement collectif de persécution sur les réseaux sociaux, d’indignation incessante provoquée par l’écran qui a exagéré chaque mot qu’il a prononcé et minimisé complètement les faits sur le terrain ou sa véritable popularité […] Aujourd’hui, je pleure sa mort et je me sens partiellement responsable de la frénésie qui a conduit à sa disparition. Je suis désolé. »

Mon ami n’est pas le seul à penser de la sorte.

La mort de Morsi peut apparaître comme l’épilogue de la révolution égyptienne, le dernier clou dans le cercueil d’un rêve amputé. Mais elle peut aussi marquer le début d’une nouvelle conversation sur nos valeurs en tant que nation et sur l’avenir de ce pays.

 

Par : Rania al-Malky

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات