-
11 Aug 2020
إنتاجه سيبدأ الشهر المقبل والصحة العالمية وأميركا تدعوان للتريث.. 20 دولة طلبت مليار جرعة من اللقاح الروسي لكورونا
11 Aug 2020
قال إنهما رهينتان لإجبار والده على العودة.. نجل الجبري يطالب الرياض بالكشف عن مصير شقيقيه
11 Aug 2020
خلفاء بنوا كنائس وفقهاء حموْها والصليبيون يدشنون عهد تنصير المساجد.. الصراع على دور العبادة في التاريخ الإسلامي
11 Aug 2020
تقارير إعلامية لبنانية: نواف سلام رئيسا للحكومة بدعم إقليمي ودولي
11 Aug 2020
السيسي باع مصر.. نشطاء يتحسرون على تيران وصنافير والنيل وغاز المتوسط
11 Aug 2020
اليمن.. تظاهرة بسقطرى ضد المجلس الانتقالي ومحافظ عدن الجديد يؤدي اليمين أمام الرئيس هادي
11 Aug 2020
أسرار انفجار بيروت.. عون ودياب علما مسبقا بقرب الكارثة والأمن حاول تفاديها
11 Aug 2020
شاهد.. قائد المنتخب الروسي السابق يضرب الحكم اعتراضا على عدم احتسابه ركلة جزاء
11 Aug 2020
مع تفشي كورونا.. سائق سيارة إسعاف يصبح بطلا في نيبال متحديا الخوف والوصمة
11 Aug 2020
توفر الغذاء للنبات والحيوان والإنسان.. باحثون أميركيون يكتشفون نوعا فريدا من الكمأة
11 Aug 2020
غارديان: شهداء الفساد.. عائلة تنعى 3 إطفائيين مفقودين في انفجار بيروت
11 Aug 2020
"ابني حلو وعيونه عسلية".. أغان حزينة من رحم كارثة بيروت
11 Aug 2020
شرق المتوسط.. هل أنهى الاتفاق مع اليونان التقارب المصري التركي؟
10 Aug 2020
التحالف الإستراتيجي الإماراتي مع إيران.. البحث عن مكيدة جديدة
11 Aug 2020
بعد كل التحديات التي مر بها.. هل يقترب تحالف أوبك بلس من نهايته؟
11 Aug 2020
اختار الثلثين ويزاحم المصريين في البقية.. انتخابات الشيوخ تحقق أمنية السيسي القديمة
11 Aug 2020
أطفال بيروت.. أصغر ضحايا الانفجار يواجهون معاناة كبرى
11 Aug 2020
محاكمة الأباطرة.. لماذا قرّر الكونغرس الأميركي استجواب أمازون وفيسبوك وغوغل وأبل؟
11 Aug 2020
دعت الاتحاد الأوروبي للضغط.. وقفة تضامنية تطالب إسرائيل بالإفراج عن ناشط
11 Aug 2020
أبرزهم بيل ورودريغيز ونافاز.. ضحايا زيدان السبعة في ريال مدريد
11 Aug 2020
إشارات يرسلها جسمك تخبرك أنك تأكل الكثير من الدهون.. وأغذية تساعد في حرقها
11 Aug 2020
قضية الجبري.. حلقة جديدة في صراع بن سلمان وبن نايف بواشنطن
11 Aug 2020
لبنان.. انطلاق مشاورات لتكليف رئيس حكومة جديد على وقع غضب الشارع
11 Aug 2020
ريال مدريد يعتبره نجم المستقبل.. ميسي الياباني سعيد بالإعارة إلى فياريال
11 Aug 2020
صواريخ وليست نترات الأمونيوم.. خبير إيطالي يصب زيتا على نار انفجار بيروت
11 Aug 2020
إطفائي وممرض وصحفي.. "نكبة" بيروت لم تترك أحدا
11 Aug 2020
"جبال الكُحل" تفنيها الموارد.. رواية النوبة التي غمرها السد
11 Aug 2020
استدعاء بن سلمان في قضية الجبري.. معركة القضاء وحسابات السياسة
11 Aug 2020
الدولار يسجل أعلى مستوى في أسبوع بعد مدة من الخسائر
11 Aug 2020
نذر الحرب شرق المتوسط.. سفينة تنقيب تركية ترافقها قوات بحرية واليونان تتأهب وتدعو لاجتماع أوروبي
11 Aug 2020
فيلم "Birdman".. هوليوود على مسرح "إيناريتو"
11 Aug 2020
في خامس هجوم من نوعه خلال شهر.. تفجير يستهدف رتلا للتحالف الدولي شمال بغداد
11 Aug 2020
صحيفة إثيوبية: هل هناك احتمال للتوصل لاتفاق بشأن سد النهضة؟
11 Aug 2020
"دخل من الباب وخرج من الشباك".. وزير الخارجية شربل وهبة صاحب أقصر رحلة بالمنصب في تاريخ لبنان
11 Aug 2020
سيكولوجية المال.. ما الفرق بين أن تكون غنيا أو ثريا؟
11 Aug 2020
عملوا لحساب إسرائيل وبريطانيا وألمانيا.. طهران تعلن اعتقال 5 إيرانيين بتهمة التجسس
11 Aug 2020
حرب العقوبات المتبادلة.. واشنطن تصعد لهجتها تجاه بكين وتتوعدها برد حاسم
10 Aug 2020
نظرات وعبرات | كورونا.. طبول الحرب تقرع من جديد
11 Aug 2020
بعد استقالة الحكومة.. صحيفة لبنانية: مساران يرسمان المستقبل في لبنان
11 Aug 2020
ما وراء الطبيعة.. نتفليكس تنشر صور أول مسلسل مصري من إنتاجها
11 Aug 2020
مرصد حقوقي يحذر من خطورة الألغام والمتفجرات في سرت
10 Aug 2020
تراشق لفظي وتصفية حسابات.. "حرب الكلام" بين نجمات لبنان بعد انفجار بيروت
11 Aug 2020
"رح تفل بعد أيام".. نكتة وزير كشفت عن إقالة قريبة للحكومة اللبنانية
11 Aug 2020
تطورات سد النهضة.. السودان يطلب تأجيل التفاوض ويلاحظ تقاربا مثيرا بين مصر وإثيوبيا
11 Aug 2020
لاكروا: فضلا عن المساعدات.. هذه هي الإصلاحات الضرورية التي يحتاجها لبنان
11 Aug 2020
بيلاروسيا.. زعيمة المعارضة تغادر البلاد وسط احتجاجات رافضة لنتائج الانتخابات
11 Aug 2020
شاهد.. خطيبان يتنافسان ويلقيان خطبة الجمعة معا
11 Aug 2020
بعد ٥ أشهر من الإغلاق.. مصر تفتح معبر رفح ٣ أيام
11 Aug 2020
تحت بند الطوارئ الوطنية.. خلاف بين دوائر القرار بواشنطن حول قانونية بيع أسلحة للسعودية والإمارات
10 Aug 2020
بعد كم دقيقة من الاستيقاظ يجب أن تتناول الإفطار؟ ومتى تشرب الماء؟

Du Même Auteur - لنفس الكاتب

 11

Twitter - تويتر

Media - بالصـوت والصـورة

Facebook - فيسبوك

  Raouf Seddik
 1/11/2020
 391
 
Lecture Zen
  8058
 
Chemins de l’herméneutique : Hobbes et Spinoza : l'ère de l'exégèse critique
 
 

Le concile de Trente, qui se tient à la demande de Martin Luther, fondateur de la Réforme, débute en 1545 et s’achève en l’an 1563. Il aura duré 18 ans ! Un temps suffisamment long pour redéfinir un grand nombre de dogmes, face à une contestation protestante tenace et qui bénéficie désormais d’un soutien politique dans nombre de pays européens.


 

Photo

Le concile de Trente, qui se tient à la demande de Martin Luther, fondateur de la Réforme, débute en 1545 et s’achève en l’an 1563. Il aura duré 18 ans ! Un temps suffisamment long pour redéfinir un grand nombre de dogmes, face à une contestation protestante tenace et qui bénéficie désormais d’un soutien politique dans nombre de pays européens.

Le résultat, nous l’avons signalé précédemment, est globalement celui d’un raidissement de l’Eglise romaine : l’Inquisition a renouvelé son assise doctrinale ! Le problème est que son rayon d’action est limité et que, comme l’Internet aujourd’hui, l’imprimerie est en train de changer la donne.

La crise religieuse de l’Europe a largement ses racines dans cette volonté de reprendre la main qui se révèle être un fiasco. Des noms qui illustrent ou rappellent cette impuissance de l’Eglise, nous pouvons en retenir deux, qui sont connus et qui ont marqué l’histoire de la philosophie au 17e siècle : Thomas Hobbes (1588-1679) et Baruch Spinoza (1632-1677).

Le premier échappe à la censure parce qu’il se trouve en Angleterre et que ce pays a rompu avec la papauté depuis 1534. De plus, sa critique de l’exégèse biblique traditionnelle s’inscrit dans une volonté délibérée de consolider la légitimité du régime monarchique contre l’autorité religieuse : ce qui, on peut le supposer, lui vaut les indulgences d’une couronne anglaise en mal de soutien intellectuel.

Le second, lui, publie en latin sans nom d’auteur.

Il vit en Hollande, pays où règne une relative liberté d’opinion, mais qui n’est pourtant pas à l’abri de la surveillance et de la punition. La plus grande partie de son œuvre sera d’ailleurs publiée après sa mort, par l’un de ses disciples.

A ces considérations de contexte politique s’en ajoutent d’autres, qui relèvent de la psychologie, en ce sens que les deux auteurs faisaient preuve d’une audace qui avait sa bonne dose d’inconscience. Hobbes était un personnage peu enclin au compromis et qui, dans les cercles intellectuels anglais, se faisait surnommer « l’Ours » !

Quant à Spinoza, issu d’une famille juive originaire du Portugal, il avait fait l’épreuve de l’intolérance à un double titre : d’abord en qualité de juif vis-à-vis des mesures mises en place par l’Eglise catholique et, ensuite, en qualité d’esprit rebelle vis-à-vis de sa propre communauté, dont il sera excommunié en bonne et due forme le 27 juillet 1656. A cette violence du rejet, il répondra en redoublant d’assurance dans l’affirmation de ses propres positions…

L’ombre d’Ibn Rochd

Ce qui rapproche les deux hommes, c’est, d’une part, l’idée que l’interprétation des Ecritures ne peut échapper à l’autorité de la Raison. La Bible, estime Hobbes, ne peut pas être sa propre norme en matière d’exégèse. D’autre part–et c’est sans doute ce qui est nouveau dans leur approche–c’est l’idée que les prodiges dont il est question dans les récits ne peuvent plus être crédibles : ils relèvent d’une «mentalité arriérée» ! Spinoza pousse le développement sur ce point en affirmant qu’il existe deux formes de révélation, l’une, surnaturelle, qui fut celle des prophètes, l’autre, naturelle, qui est celle de la raison.

Or, soutient-il, la première forme de révélation, qui s’adresse à l’imagination, correspond à un stade particulier de l’humanité, celui de son enfance. Autrement dit, dès lors que l’humanité a atteint son âge adulte, il ne convient plus qu’elle fasse machine arrière en cherchant à redonner sens au langage de la révélation surnaturelle, qui correspond, désormais, à un âge dépassé.

Ce qui distingue en revanche Spinoza de Hobbes, c’est d’abord sa connaissance de l’hébreu, qui donne une consistance particulière à son discours quand il s’agit de disserter sur la Bible. C’est aussi sa connaissance de Maïmonide, lui-même disciple d’Ibn Rochd, ou héritier en tout cas du principe averroïste de concordance entre la raison et la foi dans la lecture du Livre révélé.

Les connaisseurs d’Ibn Rochd, et en particulier de son Traité Décisif, savent peut-être que pour le philosophe de Cordoue, il y a une lecture du texte qui se place sous l’autorité de la raison et qui recoupe, pour ainsi dire, la lecture de la foi. Certes, suggère-t-il, la lecture rationnelle bénéficie d’une sorte de précellence, lorsqu’elle se heurte à une différence par rapport à l’interprétation littéraliste que produit la foi. D’où la formule «el aaql qabla ennaql» : la raison de préférence à la lettre !

Mais cela ne remet pas en cause le principe de concordance. Cette position de base est cependant assortie chez notre philosophe de l’idée que la vérité philosophique n’est pas à livrer au commun du peuple, aux esprits non philosophes. Dans le prolongement d’une opinion qu’on trouvait déjà chez El-Farabi, il y a une conception élitiste de la pratique de la philosophie, qui se répercute sur l’exégèse.

Or, Spinoza, qui n’est peut-être pas très adepte de cette forme de compartimentation de l’activité philosophique dans la cité, porte néanmoins la marque de ces anciens débats, de ces anciens conflits territoriaux entre foi et raison… Ce qui confère une profondeur particulière à son discours. Mais on peut penser qu’il convertit la séparation à l’intérieur de la cité entre sujets aptes à la vérité rationnelle et sujets inaptes en une différence chronologique entre deux âges : celui où l’homme en général parle le langage de l’imagination et celui où il parle désormais le langage de la raison.

Son propos n’est pas de soutenir le pouvoir politique contre les prétentions du pouvoir religieux, comme fait Hobbes, mais de créer les conditions d’une coexistence pacifique entre les différentes religions sous l’autorité d’une religion supérieure qui est justement celle de la Raison.

Cela induit naturellement une approche exégétique complètement désacralisée, qui considère les textes bibliques comme des textes humains, et dont la pertinence consiste à retrouver l’intention des différents rédacteurs à travers l’unité apparente du corpus. A la « démythification » du texte répond le besoin de saisir son sens en tant que production humaine.

La « religion des Turcs» …

A vrai dire, ce qui explique le surcroît d’audace et de détermination de la part de Spinoza, dont la carrière fut relativement courte, quand on le compare surtout aux deux figures éminentes du Moyen Âge arabe que sont Ibn Rochd et Maïmonide, c’est sans doute la conviction que l’avantage de l’imprimerie a modifié l’équilibre des forces face à la censure.

Mais c’est surtout la conscience qu’une révolution métaphysique a eu lieu qui confère une solidité intellectuelle à l’affirmation de la prééminence de la Raison face à l’autorité du dogme. Cette révolution, c’est celle accomplie par Descartes. Elle nous conforte dans l’idée que la pensée de l’homme solitaire qui doute est capable de certitude, et que cette certitude est précisément le fondement de tout savoir véridique, le reste n’étant que préjugés. Ce qui, dans le domaine religieux, s’appelle crédulité et superstitions !

Nous avons évoqué les deux figures centrales que sont Hobbes et Spinoza. Elles sont loin d’être les seules dans cette bataille où l’Eglise héritière du Concile de Trente subit des assauts de toutes parts : pas seulement de ces chantres de l’exégèse historico-critique qui se réclament de la Raison, mais aussi des théologiens protestants, pour qui le texte de la Vulgate – version officielle de l’Eglise romaine – correspond à la perpétuation d’une exégèse médiévale fossilisée.

Le culte de la raison est loin d’être leur parti pris : c’est le contraire qui est vrai. Il s’agit pour eux de renouveler une exégèse qui demeure foncièrement inspirée. Toutefois, leur critique ne manque pas de porter son effet en termes d’affaiblissement de la position catholique.

En revanche, se déclare dans les rangs du catholicisme lui-même une contestation interne qui rejoint les exégètes philosophes dans l’idée que les textes sacrés doivent être soumis à une relecture profane dont la raison est le maître d’œuvre. Pour Richard Simon (1638-1712), prêtre exclu de l’Oratoire, on ne peut plus se permettre de laisser subsister dans le texte les incorrections et les interprétations erronées qui s’y trouvent.

En d’autres termes, il est dans l’intérêt de l’Eglise elle-même que les Ecritures dont elle se réclame soient débarrassées de leurs incohérences : ce qu’elle ne peut pas faire autrement qu’en recourant à une approche critique libérée des présupposés théologiques. Lesquels présupposés sont précisément responsables de la dégradation des fondements scripturaires de l’Eglise. Il y a, explique-t-il, une science biblique, qui est autonome et dotée de ses propres normes méthodologiques…

S’il fallait cependant retenir un fait majeur du 17e siècle, c’est sans doute la publication du Traité théologico-politique de Spinoza : il est, pour ainsi dire, la Bible du siècle des Lumières en matière d’exégèse critique et la référence d’une tradition herméneutique qui a ses prolongements jusqu’à nos jours.

Or, on ne saurait conclure sans signaler que, si la cible privilégiée de Spinoza dans ce texte est l’Eglise romaine, l’islam n’est pas épargné : « … on a pris soin d’entourer la religion, vraie ou fausse, d’un grand appareil et d’un culte pompeux, pour lui donner une constante gravité et imprimer à tous un profond respect ; ce qui, pour le dire en passant, a parfaitement réussi chez les Turcs où la discussion est un sacrilège et où l’esprit de chacun est rempli de tant de préjugés que la saine raison n’y a plus de place et le doute même n’y peut entrer», écrit-il dans la préface du texte.

 

Par : Raouf Seddik

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات