-
09 Aug 2020
بيان من شركة موزمبيق على صلة بالحادث.. واشنطن تتحدث عن 3 احتمالات وراء انفجار بيروت
09 Aug 2020
عقب احتجاجات غاضبة.. عودة الهدوء لبيروت والحكومة تسترد مقارها
09 Aug 2020
وضع تحت حراسة مشددة.. الإعلام الكندي يتحدث عن محاولة سعودية ثانية لاغتيال الجبري
09 Aug 2020
مواد كيميائية وصهاريج وأسلحة.. موانئ النفط الليبية تتحسب لكارثة شبيهة بانفجار بيروت
09 Aug 2020
ترشيحات تستحق المشاهدة.. أفلام جديدة نجت من مذبحة 2020
09 Aug 2020
من الرفض إلى التسليم للواقع.. هكذا واجه مسلمو الهند إصرار الهندوس على هدم مسجد بابري
08 Aug 2020
كورونا.. فرنسا تفرض الكمامات والإصابات في البرازيل تقارب 3 ملايين والجزائر تخفف القيود
08 Aug 2020
أعلنت تقديم شيك مفتوح لبيروت.. تركيا مستعدة لبناء المرفأ والأوروبيون للبنان: بإمكانكم الاعتماد علينا
09 Aug 2020
وسط حراك شعبي.. بيروت تواصل البحث عن مفقوديها ومؤتمر للمانحين من أجل لبنان
09 Aug 2020
تمهيدا لبدء المفاوضات.. مجلس القبائل الأفغاني يوافق على إطلاق معتقلي طالبان والبنتاغون يعلن عزمه خفض جنوده
09 Aug 2020
شاركا بمحاولة انقلاب ضد مادورو .. فنزويلا تحكم بسجن جنديين أميركيين 20 عاما
08 Aug 2020
ماذا يحدث لجسمك عندما تفقد 5 كغم فقط من وزنك؟
08 Aug 2020
بسبب كورونا والفساد.. آلاف الإسرائيليين يتظاهرون مطالبين برحيل نتنياهو
08 Aug 2020
إثيوبيا تعلن استئناف مفاوضات سد النهضة وترفض الضغوط الأميركية
08 Aug 2020
الغنوشي شخصية الأسبوع وانفجار مرفأ بيروت حدثه الأبرز
09 Aug 2020
يمكن رؤيتها بالعين المجردة.. زخات شهب البرشاويات تضيء سماء الأرض بعد يومين
08 Aug 2020
بالفيديو.. ميسي يقود برشلونة لربع نهائي دوري أبطال أوروبا على حساب نابولي
08 Aug 2020
الثنائي "كلوني" في المقدمة.. مشاهير عالميون يتبرعون لضحايا انفجار بيروت
08 Aug 2020
هل تنتقم الصين من الشركات الأميركية ردا على استهداف تيك توك؟
08 Aug 2020
"يمكن إذا شاف أمه بيطلع من تحت التراب".. فيديو مبك لوالدة أحد مفقودي انفجار بيروت
08 Aug 2020
شاهد.. متظاهرون يقتحمون مبنى الخارجية اللبنانية ويعلنونه مقرا للثورة
08 Aug 2020
بالفيديو.. بايرن ميونيخ يهزم تشلسي مجددا ويواجه برشلونة بربع نهائي دوري الأبطال
08 Aug 2020
موقع روسي: بن سلمان شجع حرب بوتين في سوريا ودعمها سرا
08 Aug 2020
ترامب يتعهد بإبرام اتفاقيات سريعا مع كوريا الشمالية وإيران إذا فاز بولاية ثانية
08 Aug 2020
بعد انقطاع 5 أشهر بسبب كورونا.. تلاميذ قطاع غزة يعودون إلى الصفوف الدراسية
08 Aug 2020
فاران ليس الجاني الوحيد.. كيف تسببت أخطاء زيدان في هزيمة ريال مدريد؟
08 Aug 2020
كالسم في العسل.. مؤسس مايكروسوفت يثير تساؤلات بشأن صفقة شراء شركته تيك توك
08 Aug 2020
الخارجية الأميركية تساند الجبري ضد ولي العهد السعودي.. مؤشرات على تخلي ترامب عن بن سلمان
09 Aug 2019
95 عاما على ميلاد "الملك الفيلسوف" بيغوفيتش.. استثناء أفلاطون للقرن العشرين
08 Aug 2020
5 نواب وسفيرة.. الاستقالات تتوالى بعد انفجار مرفأ بيروت
08 Aug 2020
بيروت.. مواجهات دامية ومشانق للساسة ومقر الخارجية مركز للثورة
08 Aug 2020
فورين بوليسي: لماذا تحظر الولايات المتحدة تطبيقي وي تشات وتيك توك؟
08 Aug 2020
بعد قيامة بيروت يوم الثلاثاء.. حان يوم الحساب
08 Aug 2020
يوفنتوس يعلن تعيين بيرلو مدربا للفريق خلفا لساري
08 Aug 2020
الإساءة المنسية.. كيف نوقف حلقات التنمر المؤذية بين الأشقاء؟
08 Aug 2020
2750 طنا تمحي بيروت.. صحيفة لبنانية تتحدث عن سرقة نترات الأمونيوم من المرفأ
08 Aug 2020
أسلحة عمرها 8 آلاف سنة في عُمان واليمن تغير ما نعرفه عن التاريخ
08 Aug 2020
مع اقتراب شهر محرّم.. خشية من ملايين الإصابات بكورونا في العراق
08 Aug 2020
8 تغيرات على الجلد تخبرك بوجود مرض في الكبد أو الأمعاء.. نصائح من طبيب ألماني
08 Aug 2020
الغزل والزجل والمدائح التراثية.. الشعر المغربي في زمن الموحدين
08 Aug 2020
هل من الخطأ شرب الماء أثناء الأكل؟ وما علامات نقصه؟ أسئلة شاملة حول عصب الحياة
08 Aug 2020
زيف الحتمية الجينية.. ما الذي يحوّل البشر إلى مجرمين؟
08 Aug 2020
ضربتا جزاء "وهميتان".. يوفنتوس أحدث ضحايا أخطاء الفار الكارثية
08 Aug 2020
الخرطوم تتحفظ على تحذير واشنطن مواطنيها من السفر للسودان
08 Aug 2020
عائلات مفقودي انفجار مرفأ بيروت.. تعب الانتظار وأمل اللقاء
08 Aug 2020
رغم المعارضة الدولية.. أميركا تعتزم دعوة مجلس الأمن لتمديد حظر السلاح على إيران
08 Aug 2020
إندبندنت: صعود القومية أدى إلى زيادة اضطهاد الأقليات حول العالم
08 Aug 2020
حركة الشباب تعلن مسؤوليتها.. قتلى وجرحى بتفجير استهدف موقعا عسكريا في مقديشو
08 Aug 2020
آخر الأبناء الشرعيين لـ "بريكنغ باد".. حظ لا يتوقف حتى بعد أعوام من انتهاء المسلسل

Twitter - تويتر

Media - بالصـوت والصـورة

Facebook - فيسبوك

  Olfa Belhassine
 1/14/2020
 414
 
Lecture Zen
  8071
 
Tunisie : la vérité encore introuvable de l’affaire Barkati
 
 

Malgré l’absence des accusés et de leurs avocats, le dossier Barkati, ouvert le 4 juillet 2018, est probablement le plus avancé de tous les procès qui se déroulent actuellement devant les treize chambres spécialisées ayant ouvert en mai 2018.


 

Photo

Le procès des tortionnaires et assassins présumés de Nabil Barkati, un militant d’extrême gauche torturé à mort en 1987, semble le plus avancé de toutes les affaires qu’examinent actuellement les chambres spécialisées en Tunisie. Mais bien que plusieurs témoins et prévenus aient répondu à l’appel du tribunal, la vérité ne semble pas encore prête à éclater.

Dans une salle pleine à craquer de militants du Parti des travailleurs, naguère appelé Parti ouvrier communiste tunisien (Poct), de dizaines de représentants de plusieurs familles politiques et d’activistes des droits de l’homme, s’est tenue le 3 janvier, devant la chambre spécialisée du Kef (175 km au nord-ouest de Tunis) la huitième audience dans l’affaire Nabil Barkati. Militant du Poct, le jeune homme de 26 ans est décédé à Gaâfour, sa ville natale, dans la nuit du 7 au 8 mai 1987, à la suite de son arrestation par les forces de l’ordre et de multiples tortures.

Malgré l’absence des accusés et de leurs avocats, le dossier Barkati, ouvert le 4 juillet 2018, est probablement le plus avancé de tous les procès qui se déroulent actuellement devant les treize chambres spécialisées ayant ouvert en mai 2018.

Cela remplit d’espoir le frère de la victime, Ridha Barkati, qui préside l’association Mémoire et Fidélité, créée en l’honneur de Nabil. Ridha Barkati a déjà obtenu, en 2016, que la journée du 8 mai soit baptisée Journée nationale contre la torture. Il est aujourd’hui convaincu que toute la vérité éclatera sur la mort de son frère, devenu au gré des années un symbole, un mythe, le martyr du Parti des travailleurs. « La plupart des accusés et des témoins ont comparu devant le tribunal. Je pense que la prochaine séance sera dédiée aux plaidoiries des avocats », affirme-t-il, souriant et confiant.

Le supplice de Nabil Barkati et la révolte de Gaâfour

La date de cette dernière audience était chargée de symboles. C’est le 3 janvier 1984 qu’a eu lieu la Révolte du pain. Et c’est le 3 janvier 1986 que le Poct est né dans la clandestinité. Enseignant, syndicaliste et militant du Poct, Nabil Barkati a adhéré très tôt à une tradition de solidarité et de proximité avec les petites gens, les précaires et les oubliés du pays.

Le 28 avril 1987, il est arrêté suite à la distribution d'un tract dénonçant l'affrontement entre le pouvoir du président Bourguiba et les islamistes. Le tract appelle également le peuple tunisien à se battre pour le « pain et la liberté ». Les agents du poste de police de Gaâfour lui font subir les pires exactions : position du poulet rôti, extirpation des ongles et des dents avec un arrache-clou, flagellation, tabassage jusqu’à ce que sa jambe soit fracassée. Mais il refuse de parler contre ses camarades et son parti.

Au cours d’une audition publique devant l’Instance vérité et dignité (IVD), le 18 novembre 2016, Ridha Barkati a témoigné de ce que les autorités sécuritaires de l’époque lui avaient déclaré : « Votre frère, malheureusement, n’est pas tombé sur un professionnel de la torture ! »

Nabil Barkati est retrouvé mort, à moitié nu, le 8 mai 1987, à quelques mètres du poste de police, près d’une voie ferrée, une balle dans la tête, un pistolet posé derrière sa jambe pour accréditer la thèse d’un suicide. La famille est alertée et Ridha est l’un des premiers à identifier le cadavre de son frère, « malgré les bleus parsemant tout son corps à l’aspect d’une saucisse, et le masque de la mort qui couvrait son visage d’une expression d’homme tétanisé par la terreur », se souvient-il.

Gaâfour va alors se soulever et la vague de protestations conduites par les voisins, les camarades et les proches de la victime poussera les autorités à instaurer un couvre-feu de quinze jours dans la région. Au 16e jour, pour calmer la colère populaire, le ministre de l'Intérieur de l'époque – le futur président Ben Ali, qui prendra le pouvoir le 7 novembre 1987 – ordonnera l'arrestation du commissaire du poste de police de Gaâfour.

Ce dernier sera condamné en décembre 1991 à cinq ans de prison ferme pour mauvais traitements, après un procès que son avocat Habib Ziadi dénonce comme ayant été bâclé et inéquitable. Deux collègues du commissaire écoperont de trois ans de prison pour complicité. Les magistrats de l’époque refuseront de se départir de la thèse du suicide.

Précieux témoins

A la faveur de l’instruction menée par l’IVD avant le transfert du dossier à la chambre spécialisée du Kef, les chefs d’accusations ne sont plus les mêmes qu’il y a trente ans. Les charges sont désormais celles d’homicide volontaire, tortures, arrestation et détention sans ordre légal et dissimulation de preuves.

Depuis les faits, le chef de poste est décédé, mais ses subalternes et présumés tortionnaires directs du jeune militant d’extrême gauche – les deux agents incarcérés en 1991 et qui font partie des sept personnes accusées du décès de Nabil Barkati – ont été interrogés par la présidente de la cour. Ils ont reconnu l’avoir torturé mais ont nié avoir participé à son assassinat.

« Ils continuent de prétendre que Nabil s’est enfui du poste de police en volant une arme, a ensuite escaladé une barrière malgré sa jambe cassée, puis s’est suicidé à près de 300 mètres de son lieu de détention. La dernière fois, la présidente de la chambre a demandé à l’un des accusés : ‘Et il a caché le pistolet derrière sa jambe ? Est-ce possible ?’ », relate Ridha Barkati.

Au cours des sept audiences précédentes, plusieurs témoins précieux ont défilé : le procureur de la République ayant dirigé l’enquête dès le 9 mai 1987 ; le médecin légiste, Moncef Hamdoun, qui après avoir nié l’hypothèse de l’assassinat l’a plus ou moins confirmée en diagnostiquant que la circonférence du trou relevé sur la tête de Nabil semblait trop petite pour un tir à bout portant, démolissant ainsi l’argument du suicide.

L’ancien président de l’équipe de football de Gaâfour est aussi venu raconter avoir reçu dans un bar-restaurant qu’il possédait alors, des membres de corps sécuritaires qui, après quelques verres de vin, auraient parlé ouvertement de cette fameuse nuit de crime et de ses auteurs.

« Que plus aucune mère tunisienne n’endure mon calvaire ! »

Mokhtar Trifi avocat de la partie civile représentant de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) dans cette affaire et ancien président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) n’est cependant pas aussi optimiste que Ridha Barkati sur l’issue rapide du procès. « Cinq autres prévenus, qui détiennent peut-être une part de la vérité, n’ont pas répondu à l’appel du tribunal », remarque-t-il. « Nous avons demandé à la présidente de la chambre d’émettre des mandats d’amener contre le reste des présumés responsables. Or deux problèmes persistent. D’une part, trente ans après les faits, certains prévenus sont décédés ou ont changé d’adresse. D’autre part, nous constatons l’absence de collaboration de la police judiciaire chaque fois qu’il s’agit de ramener par la force quelques-uns parmi leurs confrères. » Un point d’amertume dans la voix, l’avocat se dirige vers la voiture qui le ramènera à Tunis : « Le doute qui plane sur l’affaire profite, comme on dit, toujours aux accusés. »

Ridha Barkati a désormais 65 ans. Son souhait de transformer le poste de police de Gaâfour (dont une aile a été incendiée lors de la Révolution, il y a neuf ans) en un musée dénonçant la torture a été consigné dans le rapport final de la commission vérité.

Ce cinéphile, homme de culture, défenseur des droits de l’homme et fervent militant contre la torture et la peine de mort ne cesse de le répéter : « Nous ne demandons pas d’indemnités financières. Tout ce que nous voulons, c’est que la vérité soit enfin dévoilée et que des excuses soient adressées à la famille et au parti de mon frère. Nous sommes capables de pardon. Ma mère a laissé en héritage un vœu : ‘que plus aucune mère tunisienne n’endure mon calvaire !’ »

 

Par : Olfa Belhassine

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات