-
04 Apr 2020
كورونا.. الصين تنكس أعلامها حدادا وأميركا تسجل ارتفاعا قياسيا بالوفيات
04 Apr 2020
حرب النفط.. ترامب متفائل بتجاوز الأزمة والسعودية تنفي اتهامات روسية
04 Apr 2020
السياسي وغير السياسي في جائحة كورونا.. قراءة في التفاعلات والتبعات
04 Apr 2020
كان له دور في تحقيق الكونغرس.. ترامب يقيل المفتش العام للمخابرات الأميركية
04 Apr 2020
الأذان يصدح في برلين للتخفيف من فوبيا كورونا
03 Apr 2020
آليات قطرية تعقّم شوارع الرياض
03 Apr 2020
جمهور الجزيرة نت يسأل عن كورونا.. وهذه أجوبة الأطباء
04 Apr 2020
نيمار على درب مبابي.. تبرّع بمليون دولار سرا
04 Apr 2020
كورونا يعزل الأسرة الملكية البريطانية
04 Apr 2020
خلاف يلقي بظلاله على مساعدات موسكو لروما لمواجهة كورونا
04 Apr 2020
رابطة المحترفين ترسم خريطة طريق البريميرليغ وتطالب اللاعبين بتخفيض رواتبهم
03 Apr 2020
كيف يتعايش قادة العالم مع إجراءات العزل؟
03 Apr 2020
مضاعفات صحية تهدد مشوار اللاعبين المتعافين من كورونا
04 Apr 2020
العراق.. الزرفي متمسك بتشكيل الحكومة ومقتل متظاهر بالناصرية
03 Apr 2020
الإعلامي حسن منهاج.. الأميركي المسلم الذي لا يحبه ترامب
03 Apr 2020
"عنصرية مقيتة".. موجة غضب على دعوة طبيبين فرنسيين لتجريب لقاح ضد "كورونا" في أفريقيا
03 Apr 2020
ما البلدان التي تخلو من انتشار فيروس كورونا في العالم؟
03 Apr 2020
كيف ننقذ أبناءنا من مخاوف كورونا؟
03 Apr 2020
اليمن.. تحذيرات من انقلاب بدعم إماراتي في تعز
03 Apr 2020
حمَّل حفتر مسؤولية بدء معركة طرابلس.. غوتيريش: أوقفوا النزاعات لنحارب كورونا
03 Apr 2020
الحكومة السريلانكية تصر على إحراق جثث موتى المسلمين بسبب كورونا
03 Apr 2020
المركزي الإماراتي يطلب المشورة لحل مشاكل شركة الإمارات للصرافة
03 Apr 2020
بسبب كورونا.. مؤسسات البيع والتوصيل الدولية تعتمد طرقا جديدة
03 Apr 2020
من 30 دولة.. تحالف لدعم الأبحاث بشأن وباء كورونا في الدول الأقل نموا
03 Apr 2020
8 نصائح للوقاية من كورونا عند استلام البريد والتوصيل المنزلي
03 Apr 2020
الحكومة اليمنية تتهم الحوثيين بعرقلة اتفاقيات تبادل الأسرى
03 Apr 2020
ناشطون يكشفون عن اعتقالات جديدة بالسعودية
03 Apr 2020
شبح الإفلاس يهدد 13 ناديا بألمانيا
03 Apr 2020
كيف يحمي الرؤساء الأفارقة أنفسهم من كورونا؟
03 Apr 2020
في عز أزمة كورونا.. انطلاق دوريات وإبرام عقود وصفقات
03 Apr 2020
لماذا تلجأ السعودية والإمارات ومصر للجيوش الوهمية؟
03 Apr 2020
أحدها يستخدمه سنودن.. خبراء الأمن ينصحون بهذه التطبيقات بعد إخفاق زوم
03 Apr 2020
توقعات بتراجع أرباح بنك أبو ظبي التجاري نحو مليار دولار
03 Apr 2020
مدن متنوعة غير عنصرية "مؤقتا".. كيف حطم الوباء انسجام مدن أوروبا بالعصور الوسطى؟
03 Apr 2020
ملكة ماليزيا تطبخ لأطباء وممرضات يعالجون مرضى كورونا
03 Apr 2020
للمساهمة في مكافحة كورونا.. دعوات للإفراج عن الأطباء المعتقلين بالسجون المصرية
03 Apr 2020
في هجوم بطائرة مسيرة.. قوات الوفاق تدمر 3 طائرات سوخوي لحفتر بقاعدة الوطية الجوية
03 Apr 2020
"أفريقيا ليست فأر تجاربكم".. غضب واسع ضد تصريحات طبيبين فرنسيين حول لقاح كورونا
03 Apr 2020
الرهان المضمون.. بيكسار تعيد إنتاج "ثيمات" مكررة بلا خيال
03 Apr 2020
إنتاج وقود صديق للبيئة بمحاكاة التمثيل الضوئي
03 Apr 2020
مخاوف وقرارات مصيرية.. كيف يعيش العاملون في الصفوف الأمامية لمواجهة كورونا؟
03 Apr 2020
في ظل إهمال متعمد من الاحتلال.. كورونا يوحد جهود المقدسيين
03 Apr 2020
كيف تحد من المعلومات التي تعرفها عنك مواقع الإنترنت؟
03 Apr 2020
تركيا في مواجهة كورونا.. سجال متصاعد بين الحكومة والمعارضة
03 Apr 2020
بعيدا عن السياسة.. أميركا تعتمد على إمدادات صينية لمحاربة كورونا
03 Apr 2020
شاهد- يوم سجل رونالدو أجمل أهدافه.. اليويفا يحتفي والدون يستعرض عضلاته
03 Apr 2020
في أقل من أسبوع.. طبيب مسلم رابع يفارق الحياة بسبب كورونا في بريطانيا
04 Apr 2020
كورونا.. نحو 1500 وفاة جديدة بأميركا وحداد بالصين ومصر تغلق معهدا طبيا بعد تفشي الوباء داخله
03 Apr 2020
بعد إصابة نحو 38% من سكانها بكورونا.. إسرائيل تعزل بلدة لليهود المتدينين قرب تل أبيب
03 Apr 2020
قوافي التوعية والحجر والحب ومأزق المناسبات.. كيف تسللت كورونا إلى دفاتر الشعراء؟
03 Apr 2020
كوميرسانت: إيران تتهم أميركا باستغلال انشغال العالم بكورونا في توتير الأوضاع بالعراق

Du Même Auteur - لنفس الكاتب

 11

Twitter - تويتر

Media - بالصـوت والصـورة

Facebook - فيسبوك

  Raouf Seddik
 3/22/2020
 127
 
Lecture Zen
  8383
 
Chemins de l’herméneutique : Gadamer II, face aux objections
 
 

S’agissant de joutes, le thème du dialogue, auquel nous a amenés Hans-Georg Gadamer la semaine dernière, nous entraîne par exemple vers celui de l’altérité: au besoin en particulier de la respecter dans l’action de «compréhension» de l’autre. Ce qui ne va pas de soi. Il y eut entre Gadamer et Jacques Derrida un débat autour de cette difficulté.


 

Photo

Lecteur qui suivez cette chronique, de semaine en semaine ou au gré des occasions, je n’ignore pas l’effort auquel je vous soumets peut-être : je voudrais vous demander ici de ne pas le relâcher ! Nous sommes entrés depuis un moment dans une zone où la progression se fait difficile… En se rapprochant chaque fois davantage de la philosophie, l’herméneutique moderne hérite des grandes questions qui agitent les philosophes d’aujourd’hui. Mais ce point de confluence, qui est riche de joutes conceptuelles, l’est aussi, à n’en pas douter, de perspectives futures en matière d’approche de l’ancienne question des grands textes à interpréter.

S’agissant de joutes, le thème du dialogue, auquel nous a amenés Hans-Georg Gadamer la semaine dernière, nous entraîne par exemple vers celui de l’altérité: au besoin en particulier de la respecter dans l’action de «compréhension» de l’autre. Ce qui ne va pas de soi. Il y eut entre Gadamer et Jacques Derrida un débat autour de cette difficulté.

Derrida ne compte pas parmi les philosophes « herméneutes ». Il se défendrait sans doute de façon véhémente contre pareille étiquette. Mais l’étude de l’herméneutique peut difficilement faire l’impasse sur sa pensée. Nous ne ferons donc pas l’impasse, et tâcherons prochainement de montrer en quoi le détour par ce penseur s’impose. Ce qui s’ajoute d’ailleurs à des considérations marginales, mais qui ne sont pas sans importance, comme le fait que l’intéressé est natif d’Afrique du nord et que c’est porteur de cette… « trace » qu’il n’a eu de cesse de mettre en cause, et de « déconstruire », la métaphysique occidentale dans ses prétentions inavouées à faire admettre au monde ses préconceptions comme des évidences.

Sa judéité n’empêche pas que le chemin qu’il ouvre nous concerne, nous qui sommes par ailleurs si hésitants dans notre marche à rejoindre la grande agora philosophique, partagés que nous sommes si souvent entre la tentation du rejet de ce qui est perçu comme une forme d’invasion intellectuelle et celle de la conquête d’un eldorado philosophique qui rime très probablement avec désertion d’une terre propre.

La rencontre entre Gadamer et Derrida était attendue et espérée par beaucoup : elle eût lieu enfin à Paris en avril 1981, et se termina sur un fort goût d’inachevé. On en retint trois maigres questions, adressées par le second au premier. Gadamer avait évoqué dans son exposé le thème du dialogue et, de façon incidente, soulignait la nécessité d’une « bonne volonté » afin que ce dialogue s’engageât entre deux individus.

Fidèle à son habitude de traquer ce qui se trouve caché dans les marges, Derrida choisit de concentrer son attaque sur cette question de la bonne volonté, se demandant si elle n’était pas finalement la « détermination de dernière instance » : ce qui aurait ramené le dialogue gadamérien à une conception que Heidegger dénonçait comme relevant d’une « métaphysique de la volonté », c’est-à-dire d’une détermination de l’être de l’étant comme expression d’une subjectivité volontaire. C’était là l’objet de la première question.

La seconde question se référait, quant à elle, à une remarque de Gadamer relative au caractère « vivant » du dialogue. Ce qui, selon Derrida, et conformément à la définition classique de ce concept, se rattacherait à l’idée d’un « système cohérent » … Et rejoindrait ainsi une volonté de compréhension qui rimerait avec volonté de totalisation et de domination.

Pour quiconque connaît Gadamer, cette lecture ne peut que surprendre, car ce dernier ne cesse lui-même d’appeler à une « éthique », qui entend dépasser toute volonté de domination en insistant sur le caractère foncièrement ouvert de tout dialogue véritable. Signalons à ce propos qu’à côté d’une reprise de la philosophie aristotélicienne qui met l’accent sur l’Ethique à Nicomaque —à laquelle nous avons fait allusion la semaine dernière—, il y a chez Gadamer une relecture de Platon qui retient les textes dans lesquels l’échange dialectique est présenté non comme une technique de détermination du réel mais comme un jeu linguistique —et socratique— à la faveur duquel s’opère une expérience de vérité… Laquelle expérience est toujours renouvelable !

Pourtant, cela ne convainc pas Derrida, pour qui la vérité d’une pensée ne se laisse pas décoder à partir des dits du penseur, mais plutôt de ses non-dits, ou de ce qui figure dans les marges de ses dits. En quoi on peut considérer qu’il est nietzschéen, c’est-à-dire adepte de la « philosophie à coups de marteau » : celle qui sonde la solidité des doctrines en voyant de quelle façon elles résonnent. Puisque le marteau dont il est question, comme on l’a souvent fait observer, est moins celui du démolisseur que celui —de taille plus modeste— du médecin qui ausculte, qui traque le mal par le son qu’il produit sous les légers coups assénés à un ventre, une poitrine…

Il ne s’agit pas pour Derrida de débusquer des idoles, comme fait Nietzsche, mais de dénicher les survivances d’évidences non questionnées qui se logent dans les anfractuosités du discours, et qui se dissimulent peut-être d’autant mieux que le discours en question affiche des positions opposées.

Paul Ricœur rangeait Nietzsche parmi les représentants de l’herméneutique du soupçon, avec Marx et Freud. C’est en quelque sorte en continuateur de ce Nietzsche-là que Derrida envisage l’herméneutique de Gadamer : il soumet l’herméneutique elle-même à l’herméneutique du soupçon, flairant en elle, dans sa « volonté de comprendre » l’autre à travers la voie du dialogue, une volonté de totalisation qui est volonté de domination.

La troisième question posée par Derrida s’inscrit tout à fait dans le prolongement des considérations des deux précédentes, tout en portant l’interrogation sur le sens du « comprendre » en général, quand il est appliqué à l’autre homme. Ne s’agit-il pas de ce par quoi on contraint l’autre à se plier aux exigences d’un schème de pensée, ou à s’y laisser piéger, au détriment de sa propre spécificité ? En quoi le « comprendre » se révélerait ainsi être interruption de l’échange avec l’autre, plutôt qu’élargissement de ses perspectives…

Nous avons parlé de trois « maigres questions », parce que tel était l’effet qu’elles ont eu sur un auditoire qui s’attendait sans doute au choc d’une mêlée autrement plus spectaculaire. Gadamer, selon les témoignages, s’était montré comme incrédule à leur énoncé, protestant ensuite d’un malentendu sur la teneur de son propos. Et tout le monde s’était séparé sur une impression de formidable ratage…

Mais les coups de marteau de Derrida ont-ils été si inutiles ? De toute façon, ils n’ont pas mis fin au dialogue discret et amical entre les deux penseurs, qui se sont revus plus tard, et plus d’une fois. A la mort de Gadamer, Derrida évoquera d’ailleurs cet aspect de leur relation ! Tout cela tend à suggérer que, bien qu’inattendues, les critiques derridiennes ne furent pas, pour Gadamer, dénuées ni de sens, ni même de fécondité, peut-être.

Bien avant la rencontre d’avril 1981, Gadamer avait eu à subir une autre attaque, plus franche et plus délibérée celle-là, puisqu’elle prenait la forme d’un ouvrage. Dès 1955, le juriste italien Emilio Betti publiait un essai intitulé : Théorie générale de l’interprétation. Il y dénonçait le relativisme qu’entraînait, selon lui, la conception heideggérienne, mais aussi gadamérienne, de l’herméneutique.

Le fait, autrement dit, que toutes les interprétations seraient rendues équivalentes face à telle ou telle œuvre, face à tel ou tel texte… Il s’agissait pour lui de sauver la vérité d’une signification particulière, contre ses concurrentes. Ce qui l’amenait à rejoindre une position qui fut autrefois celle de Dilthey et qui se caractérise par une recherche de l’objectivité.

Notons que cette option herméneutique a suscité l’intérêt d’un herméneute musulman, le pakistanais Fazlur Rahman, qui a cru y reconnaître la voie menant à l’identification objective d’une intention divine dans le texte coranique… Nous y reviendrons prochainement.

Betti croyait pouvoir satisfaire aux exigences de cette objectivité en réduisant la subjectivité au statut d’instance « anonyme » chargée de reconstituer en soi les « formes spirituelles étrangères ». Ce qui revenait à « purger la subjectivité de toute trace d’individualité ». Comment le garantir, toutefois ? Et, à supposer que cela fût possible, à quelle autorité redoutable ne pourrions-nous pas avoir affaire à travers cette subjectivité dépouillée mais qui, désormais, s’affuble elle-même des attributs de l’objectivité ?

A vrai dire, Emilio Betti reconnaissait avec Friedrich Schleiermacher que le « sens original » d’un texte est une fin asymptotique. Ce qui revient à admettre qu’il demeure hors d’atteinte, et que sa recherche relève d’une tâche infinie. Mais, dans le même temps, il parlait d’une « saisie objective », sous-entendant cette fois qu’il existe un contenu idéel en-soi : ce qui, dans le langage des philosophes, s’appelle une « réification ». Autrement dit, une façon de figer en une réalité déterminée ce qui se donne sous une forme sans cesse insaisissable.

Une troisième critique, plus sérieuse, vient d’une autre figure de la scène intellectuelle française, d’une importance aussi grande que Derrida : Paul Ricœur, dont nous nous proposons d’explorer la pensée la semaine prochaine.

 

Par : Raouf Seddik

Commentaires - تعليقات

أي تعليق مسيء خارجا عن حدود الأخلاق ولا علاقة له بالمقال سيتم حذفه.
Tout commentaire injurieux et sans rapport avec l'article sera supprimé.

Pas de commentaires - لا توجد تعليقات